Alışveriş dönüşünde sikiştik

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Herkese Selam bir hikayemi anlatmak istiyorum. Bizim buralarda her hafta sonu pazar kurulur. Bir hafta sonu yine bizim alt komuşu pazara çıkmış alışveriş yapmış ve evine dönüş yapmaktaydı. Bizim alt katımızda oturuyor bu kişi yolda görünce kendisine yardım etmemi istedi maşallah pazarı toplamış resmen eli poşet doluydu  elinden poşetleri alıp eviinin içine mutfağına kadar bıraktım tam çıkacakken olanlar oldu. Herkesin uydurma hikayelerine karşın ben başımdan geçen gerçek bir olayı sizinle paylaşmak isterim.. Ben 19 yaşında 1,86 boyunda 87 kilo esmer ve bekar biriyim İstanbul’da ikamet ediyorum.. 2012 haziran aylarıydı ailem memlekete gitmişti evde oturmuş erotik bir film izliyordum filmde bir yaşlı kadını sevişirken gördüm ve çok etkilendim.. ve o an bende bunu denemeliyim dedim ve etrafımda bu tarz kimlerin olduğunu düşünmeye başladım o anda aklıma zemin kat komşumuz münevver abla geldi.. 1,70 boylarına yakın zayıf yalnız yaşayan 55 yaş civarında bir kadındı biraz buruşmuş vücuduna rağmen hala iş görür bir fiziği vardı.. Artık kafaya takmıştım ne yapıp ne edip münevver ablayı kandırmalı ve onunla birlikte olmalıydım..o günden sonra münevver abla kafayı ne tarafa çevirse karşısında ben pazardan gelirken poşetlerine yardım etmeler onun için markete gitmeler kapısını açmalar dolmuş filan bekliyorsa bende o tarafa gidiyorum numarasıyla gideceği yere bırakmalar.artık kocaeli escort alında aşına olmuştum..bir fırsat kolluyor ama bulamıyordum.. Yine bir gün iş dönüşüydü baktım münevver abla pazardan geliyor hemen elindeki poşetlere sarıldım yardım edeyim diye her neyse ve kadar geldik her zaman kapıdan poşetleri veri yukarı çıkardım ama bu defa poşetler ağır mutfağa bırakayım dedim..ben yukarı çıkarken münevver abla senin lar hala yokmu dedi bende yok gelmediler dedim.kal sana da yemek hazırlayım dedi.bende kabul ettim tabi kaçırılmayacak fırsat her neyse yemekleri yedik sohbet ettik ölen kocasından hiç çocuğu olmadığından şu bu derken artık bir yerden konuya dalmak gerekiyordu ve dedim ki münevver abla yaşına göre bakımlı ve güzelsin neden evlenme dinki sen kısmet olmadı filan dedi biraz daha iltifatlar filan.. samimiyet daha iyi oldu ona eşi öldükten sonra cinsel yönden hiç ihtiyacının olup olmadığını sordum biraz şaşırdı birazda tereddütle hepimiz insanız filan dedi oldu tabi dedi dedim tam fırsatı … ben evime çıkmalıyım dedim ve çıkarken kulağına lütfen beni yanlış anlamayın ama bir ihtiyacınız olursa ben her zaman sizin için hazırım dedim ve tokadı yedim.. ama kızıp bağırmadı bu iyiye işaretti eve çıktım o arada 15-20 dakika sonra kapı çalındı gelen münevver teyzeydi sigara ve çakmağımı unutmuştum onu getirdi içeri davet ettim girmek istemedi en son çıkarken sen bana kocaeli escort bayan gel çay içeriz dedi içimden tam zamanı dedim ve gittikten sonra bir astırıcı hap attım 30 dakika kadar sonra aşağıya indim münevver teyze üzerine askılı bir uzun elbise giymiş saçlarını yukardan bağlamış ve birazda makyaj yapmıştı.. içeri odaya geçtim ama hapında etkisi ile penisim dimdik olmuş ve yerimde duramıyordum mutfak yanına gittim arkadan götüne penisimi dayadım ve sarıldım beni geri itmek filan istedi ama kararlıydım boynundan öpmeye başladım göğüslerini okşamaya artık karşı koymuyordu yüzünü kendime çevirdim ve buruşmuş dudaklarından öpmeye başladım artık oda beni öpüyor dilini azımda gezdiriyordu.. Hemen onu kucağıma alarak yatak odasına götürdüm ve yatırdım bacaklarını hafif ayırarak elbisesin altına girdim ve kadınlığını yalamaya başladım münevver abla ufak küçük inlemeye başlamıştı hemen bende pantolonumu çıkardım ve 69 pozisyonuna geçtim ben onu yalarken oda benim sikimle oynuyordu ama azına almıyor sadece eliyle sıkıyor okşuyordu ben daha şehvetli bir şekilde kadınlığını emmeye yalamaya başladım artık sesi biraz daha yüksek çıkıyordu o anda penisimde azının sıcaklığını hissetim artık penisimi azına almıştı ileri geri hareketlerle beni boşalttı ama hapında etkisi ile penisim hala dimdikti ve arzuluydum içine girmeme dayanıp dayanamayacağını sordum çıldırmış gibi izmit escort ne duruyorsun dedi yatağın kenarına onu çektim bende yataktan indim bacak arasına yaparak tek seferde hızlı bir hamleyle içine girdim çok tiz bir çığlık attı kendinden geçmeye başlamıştı içinde ben ileri geri giderek oda artık daha yüksek sesle inliyordu her
Daha sonra telefon ile aynı apt. olan kankamı aradım oda geldi ve Münevver teyzeyi iki kişi arkadan yaptık ben ağzına kankam götüne boşaldı.
Artık ara sıra ilişkilere giriyoruz..

Sex hikayeleri:ensest porno hikaye,en yeni seks hikayeleri,amca ye en siki h kaye,por hik,seks hikayeleri oku,tecavuz seks hikayesi,zenci sikiş hikayeleri,Seks hikeyesi,Pornu hikayeler,ateşli gecelerin hikayesi,Porno hikayem,sikiş ikayesi,porno hi,Hikayeleri porno, porno hikaye,porno hikayel,porno hiayeleri, porno hikayeleri,por hika,En yeni porno hikayeleri,P hikaye,Yeni porno hikayeleri,sikiş hikaxesi,sikis hikeye,sıkıs hkayelr,sikiş ikayem,AÇIK SİKİŞ FIKRALARI,Hıkaye por,Sikiş yazıları,Sıkıslı hikayeler,süper porno hikayesi, sikis hikayeleri,Tüm sikiş hikayeleri,Türk gece konduda karı seks hikaye, sıkıshıkayesı, sikis oku, sikis hikayeli, sikis hikayeler,Porno hıkeyeleri,Kaliteli Porno Hikayesi,orno hikaye,Pazardan alış veriş yaptım geldim amım vıcık terden oldu hanen kapıcı siktı sex hikay,pon hikaye,Ponohikayeleri,Por hikayeler,por o hikayeleri,Pormo hikaye,Porno hikayelere,porno hikayeri,sikiş enhikaye,porno ile ilgili hikayeler,pornocu hikayesi,Pornocu kadınların ıtırafları,pornolu hikayeler,Delıynen sıkıs hıkayesı,Seks Hikayeleri Porno,Damadila sikis hikayesi,Sikiş amcag hikaye,sikiş en hikaye

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

üst kat komşum cemile ablayı siktim

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

üst katımda 34 yaşında cemile abla diye bi kadın oturuyordu.o bizim
uzaktan akrabamızmı ne oluyormuş.cemile abla vücudu diri dolgun bi kadın
dı her giyinişinde karşısındakine sanki gelin beni sikin diyordu.ben
onu gördüğüm zaman sikim kalkıyor terliyordum ve gidip banyoda otuz bir
çekiyordum ona söyliyemiyordum çünkü evli idi.kocası bi iş için şehir
dışına gitmişti 1 hafta kalıcaktı içimden diyordum tam fırsatı ama nerde
ben de o cesaret sert yüzlü bi kadsın dı.bir gün bizim kapı çalındı
sabah 10 gibi idi yataktaydım haliyle benim oğlan uyanıktı önümü bi
örtüyle kapattım kapıyı açtım karşımda cemile abla vardı bi anda
terlemiştim bana bakarak üst kata gel yalnızım kocaeli escort hem kahvaltı yaparız
hemde bana yardım edersin dedi bende okeuy dedim bi müddet snra yukaru
çıktım cemile ablanın üstündeki elbiseler her yerini ortaya çıkarmıştı
amcığı sanki gel beni sik diyordu cemile gel dedi çay soğyacak içeri gir
dedi içeri girdim kahvaltıyı yaparken gözlerim cemile ablanın
göğüslerindeydi sanki bana gel bizi em diyorlardı cemile abla bana
yatağın bacağı kırılmış bana yardım et dedi tamam dedim yatak odasına
geçtik cemile yatağa oturdu bana hiç sevgilin varmı dedi ben yok dedim
hiç bi kadınla oldunmu dedi ben bi kaç defa dedim yüzüm kızararak bana
peki hiç beni arzuladınmı izmit escort deyince ben kendimi bi anda onun dudaklarında
buldum öyle bi öpüşüyorduk ki sanki yıllarca birbirimizi aramışız bana
sik beni diye inlemeye başladı bende cemile ablaya ne zamöandır bu anı
bekliyordum dedim oda bildiğim için seni buraya çağırdım dedihadi
aslanım sik beni bağırıyordu ben elimi cemile ablanın pantolonunda içeri
soktum amcığı hafif kıllıydıpantolonunu çıkardım oda badisini ve
sütyenini çıkarmıştı o iri göğüsler artık karşımdaydıyarağımı cemile
ablanın etli dudaklarının arasına yerleştirdim cemile abla büyük bir
iştahla yalıyordu bende ters döndüm onun nefis amcığını yalamaya
başladım izmit escort bayan aradan bi müddet sonra cemile abla haydi artık geçir yarağını
dedi bende yarağımı hemen bekletmeden yarağımı bir bastırdım cemile abla
bir bağırdı sanki uzun zamandır yarak yememiş gibi ben gidip gelmeye
başlamıştım cemile aslanım sen olmasaydın beni kim sikecekti diye
inlemeye başladı ben hızlanmaya başladım cemile abla üstüme çıkmıştıöyle
bi zıplıyorduki sanki çıldırmıştı sonra yavaşladı ben artık geliyordum
cemile abla geliyoırum dedim oda aslanım ağzıma boşal dedi ben büyük bir
ihtişamla cemile ablanın ağzına boşaldım cemile abla beni bırakmadı o
gün akşama kadar deliler gibi sikiştik kocası işler yüzünden sikmiyormuş
artık kocası evde olmadığı zaman gidip cemile ablayı sikiyordum artık o
benimdi onu sikmek harika bişeydi

Sex hikayeleri:komşu ablayı siktim seks hikayeleri oku,Komşu ablayı siktim

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Samia – 19 Jeux d’eau

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Samia – 19 Jeux d’eauJe me plais bien ici… On va rester, mais je ne veux plus rien avoir à faire avec la bande des « Flots bleus »?! Ce soir, on va dans un bon restaurant et demain, on avisera. Depuis mon arrivée, j’ai envie d’un loup grillé au fenouil. Maintenant, je peux me le payer. Pour Julien, ce sera des raviolis ou une pizza, ça lui apprendra à sucer la bite des hommes sans que je lui en donne l’ordre. Moi, injuste?? Bah… oui. Première chose, je ne suis plus fraîche du tout?! On s’arrête le long de la plage, de l’autre côté du village. On va se laver dans la mer… L’eau froide me fait toujours le même effet : je fais pipi?! Toutes les femmes font ça dès qu’elles ont les fesses dans l’eau froide. Je suis fatiguée mais j’ai envie de me changer les idées. On marche le long de la mer sur la bande de sable dur que les vagues viennent lécher. Pour une fois, j’ai envie de donner une explication à Julien : — Ton cul est à moi, je déciderai quand il faudra te dépuceler. — Oui Samia. — Tu as aimé le sucer ce mec?? — Euh… — Réponds?! — J’aurais préféré lécher celui qui t’a pénétrée… Voilà… ça, c’est normal?! Je sens les regards des hommes sur moi. J’aime ça. Quand je suis bien sèche, on laisse les vélos attachés et on part dans le village. Je sais qu’il y a un très bon restaurant un peu plus loin. Je vais lire la carte. Un couple s’apprête à entrer dans le restaurant. Lui a l’air d’un Lord anglais : grand, mince, une cinquantaine, d’années, une belle chevelure poivre et sel et une moustache assortie. Il a un bermuda et un polo. Elle a la quarantaine, plutôt forte, rousse et séduisante. Elle est vêtue de voiles transparents. Le Lord me dit : — Je vous conseille le loup grillé, c’est un délice. Oh putain, j’en veux un?! Je prends la tête de la petite marchande d’allumettes qui attend vainement un client et il neige, en plus. Je réponds : — Je n’en ai jamais mangé et hélas, c’est au-dessus de nos moyens. Je lui montre ma main et j’ajoute : — Regardez, je me suis brûlé la main quand toutes mes allumettes ont pris feu. Il reste un moment interloqué et puis il éclate de rire. Quand il est calmé, il me dit : — J’ai compris : tu es dans le conte d’Andersen « La petite marchande d’allumettes »… Tu t’appelles comment?? — Samia et mon frère, Julien. — Vous êtes en vacances?? — Oui, mais on travaille aussi, je suis serveuse et mon frère vend des glaces. Il regarde mon tatouage et demande : — Tu es danseuse?? — On est des Roms?! Là, je l’intéresse?! Il flashe sur les filles roms?? Il me dit : — Je vous invite tous les deux. Pour nos amis, tu dis comme moi. La femme ressort du restaurant et tuzla escort lui dit : — Tu viens, Jibi?? Jibi?? Alors, soit il s’appelle Jean-Baptiste, soit c’est un amateur de whisky. Sans doute les deux?! Il répond : — Quel hasard, c’est la petite manucure qui s’occupe de moi chez le coiffeur ! Elle est en vacances avec son frère. Je les ai invités à manger avec nous. — Les Dupont-Jourlieu vont être surpris de manger avec ta manucure. Jibi se met à rire, il est cool?! Je m’adresse à la femme : — On ne veut pas s’imposer, d’autant plus qu’on a pas de vêtements. Elle me sourit et répond : — C’est parce que nos amis sont un peu snobs. Pas de problème pour la nudité, on est dans le village naturiste. La nudité te va très bien. C’est gentil… On entre. Jibi me présente à leurs amis : — Samia, artiste ongulaire (!) et Julien, son petit frère. Nos amis Léopold et Marie Catherine. Artiste ongulaire, il est farce, Jibi?! Mais, bon, ça a l’air de convenir aux Dupont-Jourlieu, qui ont l’air d’avoir pas mal picolé. Une jolie serveuse apporte des chaises et ajoute des couverts pour Julien et moi. Elle nous donne aussi des serviettes… pour nous asseoir dessus?! Jibi me dit : — Je te recommande la poutine, ce sont des alevins de poisson – un délice ! – et ensuite le loup. — D’accord. Je salive… On parle un peu, j’explique à quel point c’est valorisant de transformer des ongles en œuvres d’art. Je bois du Sauternes pour la première fois, j’adore ça?! Julien me regarde avec son air suppliant habituel. Je fais un signe de tête, qui signifie “tu peux, exceptionnellement”. Oui, je suis trop bonne avec lui… La poutine et le loup, j’adore… Je ne parle pas beaucoup, trop occupée à manger et boire. Comme dessert, il y a un chariot de dessert. Je me goinfre de moelleux au chocolat, avec glace vanille, crème fraîche et coulis de framboise. Sous mes nichons, je vois mon ventre gonfler. Je participe d’autant moins à la conversation que les hommes parlent de l’indice Dow Jones, que je connais très mal, et les femmes d’un nouveau beau professeur de yoga. Le repas se termine. Les Dupont-Machin prennent congé. On sort et je remercie chaleureusement Jibi : j’ai enfin goûté au loup?! Version poisson, bien sûr. Il me demande : — Vous venez jouer avec nous?? Jouer ou plutôt baiser?? Eh oh?! Il est pas marqué “pute” sur mes fesses?! Il ajoute : — Pour 1000 francs (un peu moins de 200 euros). — D’accord. En fait, je crois qu’il est écrit pute sur mes fesses?! On se dirige vers leur hôtel et Cynthia, la femme de Jibi, me prend par la taille en disant : — Vous êtes charmants tous les deux. Ah, c’est gentil. tuzla escort bayan Leur hôtel est tout prêt et il est vraiment classe. Le personnel est habillé, je continue à trouver particulièrement excitant d’être nue au milieu de gens habillés. Ils occupent une belle chambre au dernier étage avec une grande terrasse et “vue mer”. Bon, il faut gagner nos 1000 francs… Je dois avouer que suite à l’après-midi au cours de laquelle, je suis passée un court moment du côté obscur, je n’ai plus du tout envie de lécher une chatte?! Jibi nous dit : — Un peu de champagne, les enfants?? — Oui, volontiers. Ce soir, j’ai laissé Julien boire de l’alcool, mais c’est exceptionnel. À partir de demain, régime sec pour lui. Je dis à Jibi : — Je passe à la salle de bain… — Non, attends. Tu vois, ma femme et moi, nous sommes des adeptes de l’urinothérapie, donc j’aimerais que tu nous pisses dans la bouche. Urinothérapie, ça existe, ça?? Je crois plutôt que ce sont des gros vicelards comme tous les gens de la haute société. Jibi et Cynthia qui sont si classe, genre châtelains, polo club, Rotary et autres truc de riches, il faut leur pisser dessus?? Ça me plaît?! Ça compensera mon attitude avec Kriss, je dois oublier ça?! Allez, pfff : oublié?!! Et comment qu’on va leur pisser dessus ! Si on peut faire plaisir tout en se soulageant et en gagnant du fric : c’est le pied. Oui, je suis moins “classe” qu’eux. Cynthia me dit : — Voilà ce qu’on aimerait, tu pisses dans la bouche de Jibi et puis dans la mienne. Ensuite ton frère fait la même chose. — Vous voulez que mon frère participe?? C’est que…. — Combien Jibi t’a-t-il proposé?? — Mille francs. — Mille francs de plus avec ton frère, ça va?? Le prix de la pisse augmente?! On a du fric dans nos vessies?! — D’accord, mais il ne faut pas traîner, ça presse. — Viens sur la terrasse, ma chérie. Voilà que je suis devenue sa chérie, est-ce grâce à ma vessie?? On va sur la terrasse, ils se déshabillent et se couchent l’un à côté de l’autre. Jibi m’explique : — Tu pisses dans ma bouche, mais tu t’arrêtes avant que ce soit fini et tu termines dans la bouche de ma femme. Je vous donne un truc : si vous avez envie de jouer “douche dorée” ou “champagne tiède” en étant allongé sur le sol, votre partenaire doit tourner le dos à vos pieds pour que le jet arrive bien dans votre bouche. Si votre femme a un patron un peu vicieux, elle doit être au courant. Oui, j’adore parler des femmes de mes lecteurs, mais je vous ferais remarquer que je ne parle ni de leurs mères, ni de leurs sœurs, ni de leurs filles, ni de… — SAMIA?! Continue?! Oui, oui… Je me place escort tuzla au-dessus de la belle tête aristocratique de Jibi et je m’accroupis de façon à avoir la chatte au-dessus de sa bouche. De la main droite, j’écarte mes grandes lèvres et je pousse. Putain?! Ça m’excite de faire ça. Je pousse et je fais d’abord quelques gouttes, qu’il avale goulûment. Et puis mon jet jaillit vraiment, dru, jaune, et il avale. Comme il doit fermer la bouche pour déglutir, il a de la pisse plein le visage et les cheveux. Cynthia qui est à genoux, me dit : — Ne m’oublie pas?! Merde, c’est vrai. Je change de pot de chambre?! Je veux dire de bouche et je vais vite l’abreuver. Elle aime?! Je pousse et, bon, ça arrive à toutes les filles, même si elles sont des princesses, je pète un peu. Quand j’ai presque fini, elle me lèche la chatte, elle est assoiffée?! Ça m’a vraiment excitée, leur petit jeu. Deux gadjos qui boivent ma pisse, quel pied?! Je vais faire un article pour «?La voix des Roms?» et «?Tous les chemins mènent aux Roms?». J’imagine le chemin parcouru par le Sauternes et le champagne : ma bouche, mon estomac, mes reins, ma vessie, mon urètre, mon méat et puis leurs bouches. Je me relève, eux se mettent à genoux. Ils sont là, bouche ouverte comme deux gargouilles de Notre Dame. Si, si, il y a des gargouilles qui ont vraiment l’air d’attendre la pisse d’Esmeralda ! Ou peut-être la pluie… Esmeralda est d’ailleurs une gitane, comme moi. À Julien, maintenant. D’accord, il a un tout petit robinet, mais il doit sûrement pisser, lui aussi. Je lui donne une claque sur les fesses en disant : — Allez, pousse ! Il pousse un petit cri et fait un bond en avant, manquant de peu de mettre sa petite bite dans l’œil de Jibi. Quelle moule?! Oui, mais bon, on ne va y passer des heures, alors aux grands maux les grands remèdes, je lui fais : — Psssssiiiiiiiii… Aah?! Un jet de Sauternes devenu urine vient glouglouter dans la bouche de Jibi puis de Cynthia. Ils avalent le plus possible, les goulus?! En résumé, on a bu du Sauternes et du champagne, qui a ensuite été recyclé en pissant dans leurs bouches. La suite est logique, enfin presque, puisque Cynthia nous demande : — Vous voulez qu’on vous fasse jouir, les enfants?? Je pourrais discuter pour essayer d’avoir plus, mais je ne suis pas ce genre de fille. Enfin, surtout quand je suis excitée. Et puis, c’est offert de bon cœur?! Julien et moi, on se couche sur les lits de plage et le couple nous lèche. C’est-à-dire, Cynthia me lèche et Jibi suce le petit sexe de Jibi. Son sperme va faire “plouf” dans l’estomac du Lord. Cynthia lèche très bien ce qui ne m’étonne pas vu ses tendances. Elle me fait jouir et puis elle lèche soigneusement le plan de travail. Julien jouit dans la bouche de Jibi. On dort là…. Fin de la première partie. Si vous aimez mes histoires, dites le moi, ici ou à mia.michael@hotmail.fr

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ma tante et moi

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ma tante et moiMa tante et moiMoi, c’est Phil, la quarantaine, un peu moins à l’époque.Je suis inscrit sur xHamster, et parcours les vidéos, histoires, photos, pour m’évader. Je ne cherche personne, je suis marié et ne tiens pas à une rencontre. Je discute volontiers avec des amis virtuels, femmes plus spécifiquement, la Mère sans doute qui vient me tarauder… Ainsi, après quelques années, encore perturbé par mes souvenirs, je me suis confié à mon amie, Marika… Elle a bien voulu recueillir mon récit, l’arranger, le romancer, en respectant les acteurs, Tata Mumu et moi, et notre merveilleuse histoire d’amour…Chapitre I – Histoire d’amourTata MumuLa première fois c’était pour un mariage. Des amis communs, une fête dans un petit village, on se dévisage, on prend place côte à côte, on discute avec nos voisins, on parle de la pluie et du beau temps, de la mariée, du mari, s’ils savaient…Peu de visages connus…Ma tante est mariée, sa fille l’accompagne, jouant avec les autres enfants, ils sont si naturels…Nous bavardions sagement assis à une table, un peu à l’écart, pour regarder danser les invités, j’avais envie de la prendre dans mes bras… – Une danse ?Pourquoi pas…Mes sens sont en émoi, nous nous connaissons pourtant, mais nous nous rencontrons rarement, sa sœur, maman, ne se voient pas souvent, aux fêtes ou à Noël, parfois aux enterrements… Pourtant la famille est sacrée dans nos gènes… J’en sais quelque chose…La soirée s’avance, le repas est très bon, les vins délicieux, tante s’en méfie, elle conduit…Ma tante est habillée joliment.Pour moi ? Elle savait sans doute que je venais, pour représenter la famille… J’aime ce qu’elle porte, j’aimerais en voir plus, mes pensées vagabondent sur la piste de danse…Ma femme n’est pas venue, son mari non plus. Juste Marinette, sa fille, qui lui ressemble, mignonne de 15 ans, aux tresses tournoyantes qui devient la coqueluche des garçons du mariage, qui courent en tous sens et puis disparaissent…Après d’autres boissons, après ce bon repas, les valses et les tangos prennent le pas un moment, je suis piètre danseur, mais elle me pardonne, comme tout à l’heure…Des slows nous réunissent de nouveau sur la piste, je la prends dans mes bras, son parfum, ses seins sur ma poitrine suffisent à m’éveiller, mais sa fille nous recherche, déjà minuit…Elle est lasse, elle demande à rentrer…Ma tante me regarde, rester tout seul ici ?Elle m’invite à les accompagner, nous reviendrons plus tard, sa fille a l’habitude de se gérer toute seule, elle devient jeune fille, elle a toute sa confiance.Marika-Bonjour, je suis Marika, écrivaine sur ce site coquin. Ce récit est émouvant, décalé. Phil, un homme marié, attiré par les charmes de sa tante m’a demandé de l’aider… De l’aider à comprendre, de l’aider à la comprendre, de vivre cette aventure, avec lui, de la compléter, de la sublimer… De la partager avec vous, mes lecteurs…Mes interventions seront en italique, observations, perceptions, interprétations des personnages.Phil, premier contactUne fois que l’on a déposé ma cousine, en retournant au mariage, elle a commencé à se plaindre.Son ton avait changé. Seule, sans sa fille, elle devenait moins sérieuse, badinant plus librement…Elle était moins stressée, conduisant en douceur, sur ces routes désertes, elle m’avoua être rassurée par la présence à ses côtés de son neveu favori !… Elle en plaisantait, pour me faire enrager…Elle parla un peu d’elle, se confiant en amie, abordant des sujets personnels…Elle avait envie de parler à quelqu’un qui l’écoute, n’étais-je pas sa famille ?Nous avions du temps, la noce battait son plein, et puis rester auprès d’elle en tête à tête, ne me déplaisait…Un chemin attira mon attention, il partait vers les bois, je lui demandais de le prendre, pour pouvoir continuer cette conversation sans musique, en pleine nature…Une fois arrêtés, le frein à main serré, elle se détendit encore, souriante, jolie, se tournant vers moi pour agiter ses mains, accentuant son verbe, la lune pour témoin éclairait ses cheveux…Les sujets étaient éclectiques, je buvais ses paroles sans l’interrompre…Ils devinrent intimes…Elle m’a parlé un bon petit moment, de sa vie, de son travail, de ses états d’âme.Elle en vint à son mari qui ne s’occupait pas beaucoup d’elle, et qui lui faisait ressentir que c’était de sa faute à elle, de la faute à son corps, qui avait changé…La preuve cette question, surgie de sa réflexion soudaine…-Il n’aime pas mes seins, il les trouve petits, sans attrait, tu en penses quoi, ton avis d’homme marié, averti sur la femme, m’intéresse ? Comme je pouvais les entrevoir dans son décolleté, – elle n’était pas sotte-, je l’avais faite danser et j’avais pu apprécier sa silhouette et ses rondeurs…Je l’ai réconfortée, lui disant qu’à mon avis, elle avait toujours un corps magnifique, et, joignant le geste à la parole, j’ai commencé à dessiner son corps avec mes mains, par-dessus ses vêtements, avec quelques effleurements sur les seins, sur ses hanches et ses jambes, en me penchant vers elle… Et voyant qu’elle me laissait faire, je lui ai carrément caressé un sein en lui disant qu’il me paraissait parfait, mais que son haut et son soutien-gorge m’empêchaient de me rendre vraiment compte…Elle eut un petit mouvement de recul, comme un sursaut, mais elle n’a rien dit… Prenant cela pour un encouragement, je lui ai certifié que ses seins étaient piles à la dimension de mes mains… et j’ajoutais très excitants…Elle me répondit, honteuse, n’osant me regarder, qu’il ne fallait pas, que ce n’était pas bien de la part d’un neveu, d’avoir des pensées érotiques et même sexuelles envers sa tante. Je lui ai rétorqué que ce n’était pas bien non plus, de me laisser caresser ses superbes seins… On ne faisait de mal à personne, en pleine forêt, bavardant librement, se confiant nos problèmes, cet attouchement discret n’était qu’un jeu entre deux adultes proches.J’étais un homme, et que je réagissais en homme, pas en neveu, à sa beauté, au contact de son corps, à sa peau si douce…Elle n’osa répliquer, se laissant charmer par ma cour bien standard, hommage à la beauté, hommage à ce qu’elle aime, ses atours délaissés par un mari distant, frisant la cinquantaine et perturbé par la crise fatidique à cette période…Je lui parlais de ma femme, pour lui rendre la monnaie… Près de dix ans de mariage, nos rapports s’étalaient, nous étions englués dans le quotidien, absorbés par nos carrières qui progressaient, nous demandant toujours plus de temps sur notre famille… On ne parlait plus entre nous que de nos futures vacances ou du prochain week-end… C’est à peu près tout, avec le quotidien des courses, des devoirs de notre fils, d’argent parfois, ce qui tournait en dispute… Pour le reste, c’était devenu physique, un échange thé****utique, convenu et anodin…Elle me regarda… Elle partageait ce sentiment, ce manque, la disparition de l’entrain des premières années, le laisser-aller, la passion évanouie…Je tenais toujours son sein dans ma paume, tendrement, comme un acquis, surtout que son haut s’était ouvert… Elle regardait dehors, les yeux perdus, dans ses pensées, ses combats ? Elle les ferma et sa respiration changea, elle se rendit compte qu’elle était dépoitraillée devant son neveu…-Arrête… Ce n’est pas bien… Cela ne mène à rien…-Alors regarde… Regarde à quoi cela mène pour moi…Je sortis mon sexe pour lui montrer dans quel état elle me mettait…Quand elle l’a vu, elle fut horrifiée…Elle a convenu que je ne pouvais pas rester comme ça…Je lui ai demandé de m’aider. Il y avait urgence, une sorte de non-assistance à personne en danger, mon cœur n’y résistera pas longtemps… A la base elle a été d’accord pour établir l’équité, puisque je caressais ses seins… Elle s’est penchée sur moi, et elle se mit à égalité en prenant mon membre dans sa main…Elle a commencé par le caresser, puis elle a un peu joué avec mes bourses. Je ne vous dis pas mon excitation ! J’étais en rut, et pas qu’un peu !J’ai glissé ma main sous sa jupe, mais je n’ai pu que constater sa culotte humide. Elle n’a pas voulu que je continue et a resserré ses cuisses…-Tu es trempée… Tu te refuses… Je ne t’attire pas ?-Il fait chaud dans cette voiture…-J’ai envie de toi, depuis des années…-Oh, non, ce n’est pas vrai, tu exagères de me dire ça… Tu as bu et tu veux me sauter…Elle allait rajouter « comme les autres », mais se retint, je pense…Alors, par dépit, j’ai approché ma bite de sa bouche… Elle ne l’ouvrait pas…Du coup, j’ai passé mon gland partout sur son visage, lentement…Un geste très viril, macho, j’en ai convenu…Mais qui l’a décidée à se laisser aller… A forcer le destin…Elle m’a sucé d’une manière si exquise….Elle y mettait tout son cœur, se faisait fourreau, me caressait tendrement, puis ses lèvres glissaient de nouveau sur ma hampe, un vrai délice…Je n’ai pas pu m’empêcher de lui remplir sa belle bouche. Pour ne pas se tâcher, elle a avalé une grande partie de mon sperme. Malgré tout, quelques gouttes ont coulé sur son menton et sur ses seins.Je l’ai essuyée dans un geste tendre, un baiser à l’appui…-Vous êtes retournés au mariage ? Elle ne disait plus rien, elle s’est rajustée, puis elle a redémarré…Marika, mon amie, ma conseillère, tu penses que j’ai été dégueulasse avec elle ? -Oui et non… Elle était sans doute émoustillée par ce que tu lui procurais et qu’elle ressentait, une cour très macho, mais une cour de jeune homme, impétueux, qu’elle connaissait, avec lequel elle se sentait en confiance et en sécurité. Si cela n’avait pas été tabou…Maintenant, pourquoi être aussi direct, si pressant ? L’occasion, c’est elle qui l’a provoquée, elle t’a parlé de son corps, a accepté de te montrer ses seins, t’a laissé la caresser…On aime la douceur, une ambiance, le temps au moins de se faire à l’idée qu’on va y passer… D’abord franchir le tabou relationnel… Tu lui as caressé les seins, en hommage à leur beauté, à sa beauté…Les seins sont érogènes, terriblement… Surtout lorsque c’est la première caresse…Ils provoquent le relâchement, l’excitation sexuelle…Elle t’a laissé faire, se contentant de ce plaisir tactile, cet attouchement…Mais elle s’est retrouvée sur la défensive dès qu’elle a senti ta main sous sa jupe… …Si tu atteignais son sexe, c’en était fini pour elle, elle ne pourrait plus se refuser, emportée par son désir, car elle crevait de le faire…Le fait que tu avances ton sexe vers sa bouche, en guise d’échange, que tu le lui proposes, puis le passe sur son visage, caresse intime et inédite sans doute, le déclic s’est fait, elle l’a accepté comme une contrepartie… Juste cela…Mais c’est devenu sa nouvelle limite… qu’elle ne voulait pas franchir ce soir.Elle a donc accepté dans sa tête, et son corps a suivi. Elle était trempée et avait envie de toi, mais ses tabous veillaient, ils n’étaient pas vaincus…Elle est allée au bout, pour toi, pour te faire plaisir, et comme elle ne pouvait pas aller plus loin, elle a fait une chose inédite, te recevoir en bouche, comme un nectar divin, et avaler ta semence, te disant par là qu’elle en crevait d’envie, que par ce geste féminin si intime, elle t’avait laissé entrer en elle, qu’elle t’avait accepté…Le lendemain elle me téléphona pour que je passe chez elle, pour parler de ce qui c’était passé la veille, et mettre les choses au point…C’était la théorie…Ce fut le début de notre histoire, une histoire d’amour, que le sexe venait sublimer, nous nous entendions à merveille, elle était comme ressuscitée, un volcan…Deux ans de tendresse et de passion, cachée, mais si intense…Nos parcours professionnels nous ont séparés, j’ai failli craquer, faire le pas vers elle… Elle a rejeté finalement ce choix, pour se protéger, pour ses enfants, pour notre famille qui n’aurait pas accepté cette cassure…Phil, le lendemain…Nous étions chez elle, elle avait conduit sa fille chez les grands parents. A la base, elle voulait me dire que ce n’était pas bien ce qu’on avait fait la veille, mais qu’elle ne m’en voulait pas et qu’elle se sentait aussi responsable que moi…Elle avait tellement été surprise, qu’elle n’avait même pas essayé de résister…-Surprise ? Tu l’as agressée après l’avoir enjôlée, elle t’a fait une fellation de folie, et le lendemain elle ne s’attendait à rien ? J’ai un doute… Elle est très innocente ou très coquine…Mais le problème c’est la tenue qu’elle portait, une jupe noire, des bas noirs et un pull moulant… -C’est bien ce que je disais…Dès que je l’ai vue comme ça, je n’ai pas pu m’empêcher de l’embrasser à pleine bouche…C’est d’ailleurs ce que je lui ai dit, un peu pour m’excuser…C’était toute la tenue qui m’avait mis dans le même état que la veille et que si elle tenait vraiment à parler, elle avait mal choisi ses vêtements… Elle était trop désirable pour que je l’entende… Ma décision était prise…Même si sa bouche disait non, tout son corps disait oui…Alors la voyant perdue, hésitante, je me suis montré très tendre, et très doux. C’était la solution… Il ne m’a pas fallu longtemps pour lui quitter son pull…Elle participait vraiment, elle prenait même les devants, et elle en avait autant envie que moi…Elle m’a déshabillé en un temps record, je lui ai quitté sa jupe et elle a voulu que je la prenne comme ça, trempée, excitée, envoyant balader sa culotte… Elle avait tué ses monstres dans la nuit, anéanti ses angoisses, sa morale, laissant libre-cours à sa libido en faillite depuis plusieurs mois…. Ce fut fantastique, j’avais envie de lui faire un cunnilingus mais elle a refusé, elle a voulu que je la pénètre directement…-Tu l’as aimée quand ? Au point de ne penser bursa escort qu’à elle ?Je crois que ça a été ce soir-là, en éjaculant au fond de son vagin…-Elle s’est donnée à toi, ou elle ne cherchait que du sexe ?Là, je pense qu’elle avait surtout envie de sexe, c’est après qu’elle s’est vraiment donnée à moi. -Vous avez fait l’amour toute la nuit ?Si ce n’était pas toute la nuit c’était au moins une très bonne partie de la nuit. Quand on a arrêté, on était trempés de sueurs et de diverses sécrétions…-Elle jouissait beaucoup ? Tu l’as prise de partout ? Elle aimait la sodomie ?Oui elle jouissait énormément, j’adorais contempler sa chatte bien mouillée. C’est moi qui lui ai fait connaître la sodomie, avant elle avait toujours refusé.Ce soir-là, il n’y a pas une seule partie de son corps qui n’a pas été arrosée par ma semence…Je t’avoue que je ne m’en privais pas, et j’adorais déverser toute ma semence bien au fond.Parce que Tata au début, elle voulait bien me donner son cul, mais c’était pour me faire plaisir. Puis à force, elle y a pris goût et c’est elle qui me demandait de la sodomiser…-Quelles étaient ses positions préférées ? Aimait-elle les longs préliminaires qui la faisaient délirer de désir et se donner sans réserve ?Elle adorait les préliminaires, mais ce qui la faisait vraiment partir, c’était se servir de sa bouche. Pomper, sucer, lécher, caresser avec sa langue, tendrement…Pour ses positions favorites, ce qui la faisait le plus kiffer c’était la table de la cuisine. C’était moi qui la lui avait achetée, elle s’y allongeait nue, à plat ventre ou de dos, provocante…-Est-ce qu’elle s’exprimait pendant vos rapports sexuels ? Quand tu la faisais jouir…Oui elle parlait vraiment beaucoup, elle gémissait quand je la caressais et que je la prenais…-Vos rapports ont évolué, peu à peu, elle devait être amoureuse… Elle te faisait des cadeaux ?Oui, assez souvent, d’ailleurs certains je les ai toujours… Sur moi…Cela a duré deux ans, deux années difficiles, secrètes, à tricher et à mentir… Mais ils s’aimaient, et l’amour était très fort, autant que leur attirance sexuelle qui ne tombait pas, au contraire, ils apprirent à se dévoiler, à découvrir leurs corps, comme jamais ils ne l’avaient fait… Passion, étreintes, leur seul but, se retrouver et recommencer…Mais la vie crée des situations difficiles, des choix cornéliens, elle fut appelée à quitter la France, pour la Nouvelle Calédonie, autre deal, autre vie, autre départ, après son divorce…Ils en furent éplorés, mais malgré qu’il aille jusqu’à sacrifier son mariage et son poste, elle tint bon et s’embarqua en lui tournant le dos…MumuJe sors de ma réserve…Je viens de lire notre histoire, le récit de mon neveu…C’est vrai dans l’ensemble, tout ou presque. Phil a des yeux et des pensées d’homme, il réagit en homme… Marika tu es plus fine, plus délicate, sensible à travers mes mots et tes yeux sont des rayons X…A la noce, effectivement, nous ne connaissions personne. J’étais seule, et lorsque j’ai su par ma sœur, que mon neveu y allait, je me suis proposée de l’emmener…Je me suis habillée pour faire la fête, le moindre décolleté étant vu par ici comme un attentat, je ne mis que ce que je portais dans les cocktails de mon entreprise…Ma fille m’accompagnait, le soleil était de la partie, la journée s’annonçait merveilleuse.Après le mariage, la mairie, les photos, – l’église avait eu lieu le matin -, nous prîmes, en un joyeux défilé, le chemin de la salle des fêtes, repas traiteur, animation locale…Nous ne connaissions personne, à par les parents de la mariée, certes agréables, mais occupés, nous nous plaçons en bout de table, côte à côte, tous les trois, ma fille à mon côté…Ce fut bon et simple, vins fins, après un apéritif de 2 heures, et de très bons plateaux de choix.Après le repas, la mariée ouvrit le bal, ma fille depuis longtemps avait déserté sa place, jouant et courant en tous sens, assoiffée parfois, elle revenait se calmer, puis repartait très vite attendue impatiemment par ses nouveaux amis…En effet, après minuit, elle donna des signes de fatigue… C’était mon premier slow avec Phil, je m’étais abandonnée dans ses bras, effet pervers du champagne, je sentais sa tension contre moi, la chaleur de nos épidermes…Mais ma fille insista, coupant net ce premier contact.Je la reconduisis en invitant Phil, qui serait resté seul, comme une âme en peine…En revenant, nous étions plus détendus, sans ma fille, les sujets devenaient plus sérieux, confidentiels. Il me désigna un chemin sur la droite, nous étions en train de brosser le tableau de nos vies, je m’étais épanchée la première, mon mari ne me touchait quasiment plus, il me reprochait même me laisser aller, les seins petits et plats, silhouette devenue mémérisante, sans attrait…Il me confia les mêmes sentiments envers son épouse, leur vie qui patinait, engluée dans la routine, invoquant leurs carrières qui demandaient de plus en plus de temps…Je fis une remarque, sur la taille de mes seins, ma poitrine, il argua ne pas pouvoir apprécier, jusqu’à sentir sa main se refermer sur un sein et la palper…Ce contact me surprit, je ne pensais pas sexe avec lui, respectant trop ma sœur et les principes moraux… Je ressentis néanmoins un certain tourment, vue ma baisse de libido forcée… Ce contact tabou, me laissa perplexe. Mais ne bougea pas et le laissa faire…C’était la première fois que je voyais Phil en homme… J’avais des propositions, une femme reste une femme, et si l’un n’en veut pas, d’autres… Mais je n’avais pas d’amant, pas d’officiel, ni de passager… Cela commençait à me peser certains jours de spleen…Le coquin insistait, massant mes seins qu’il trouvait à son goût…Il n’était pas question d’aller au-delà d’un jeu anodin, ou de plaisanteries osées entre adultes un peu émoustillés par ce délicieux Rosé de Provence et cet excellent champagne…Lors du slow tout à l’heure, juste avant l’interruption par ma fille, il m’a semblé, quand il m’a prise dans ses bras, ressentir comme un émoi… Puis au fil de la dance lascive, percevoir sur ma cuisse, les effets pernicieux de ce rapprochement…Je restais sur cette impression fugitive, l’oubliant très vite tout au long du parcours…Concentrée à l’aller, ne pouvant parler plus précisément, je restais anodine…Dès le retour, je me détendis, je me sentais bien avec lui, j’abordais des choses plus personnelles, intimes, comme avec sa mère au téléphone, je n’avais que peu d’amies pour me confier… J’ai craqué quand il a parlé de lui et de son couple… Mais il restait mon neveu…J’ai senti ses mains décupler mon désir, mes seins étaient petits mais toujours aussi sensibles. Et lorsqu’il s’insinua sous ma jupe, je redescendis de mon nuage. Je mis le holà, il était à ma porte, pas question de coucher avec mon neveu…Ses paroles résonnent encore dans ma tête…-Tu es trempée… Tu te refuses… Je ne t’attire pas ?-Il fait chaud dans cette voiture, et je n’ai jamais trompé mon mari, pas même en pensées, et tu es mon neveu, le fils de ma sœur…-J’ai envie de toi, depuis des années je te regarde comme une femme, pas ma tante…-Oh, non, ce n’est pas vrai, tu exagères de me dire ça… Tu as bu et tu veux me sauter…J’étais atterrée… Depuis des années, il pensait à moi en tant que femme, il me désirait plus que son épouse… Je n’avais rien vu… Ce soir, il me courtisait, sans changer son discours d’un iota, recherchant l’occasion, ma complicité, mon accord… Mais non, j’avais juré… Que faire ?Sa réaction fut instantanée, il me présenta son sexe, il était en érection, un délice, quel gâchis… Qu’est-ce que je dis!… Je suis folle…J’étais tétanisée, comme devant un serpent… Je ruisselais de désir, un homme me caressait, me voulait… Quelle aubaine ! Un homme viril, tendre, gentil, que je connaissais depuis plus de trente ans et qui ne me rebutais pas, loin de là…J’étais en sécurité, dans ma voiture, dans ce champ au milieu de nulle part, à l’abri des regards…Les images défilaient dans ma tête, à une rapidité incroyable… Les paroles tournaient dans mes oreilles…Vieille fille, sèche, rejetée, cougar, tabou, je revoyais mes années de mariage, mon premier amour, mon mari, viril, emportés par le sexe, ivres de caresses, faisant l’amour partout, du jardin au grenier, sans limite sauf maman et mon éducation catholique, et le tabou de ma porte arrière, l’entrée des artistes, qui restait vierge par ma volonté…Je le regardais, j’essayais de deviner…Je me voyais lui ouvrir mes cuisses… Son sexe entrait en moi… Dur comme de la pierre, doux comme de la soie, j’étais trempée… J’allais le faire… Mes seins me faisaient mal de désir…Le gland toucha ma bouche…L’invitation était directe, sans appel… Est-ce de l’i****te ? Cela compte-t’il ?Il était impatient, s’énervait… Il promena lentement ce gland, rouge de désir, sur mon visage, bouche close, impassible…Personne n’avait jamais osé ce geste impudique sur mon visage…Je n’ai pas tergiversé, il fallait ne pas l’inviter à m’accompagner, encore moins de m’arrêter en pleine nature, ne pas lui parler de mes tourments sexuels, ni le laisser ouvrir mon corsage… Faut pas exagérer !… Je crevais d’envie de faire l’amour, de me donner, de rester toute la nuit, de crier mon plaisir, l’organe était à point, j’avais mouillé mon siège…Alors d’une main hésitante, je me suis offert cet extra, un coup de canif, un adultère bien innocent pour notre époque… Mais geste sexuel que cette fellation, pour me venger de mon mari, pour le punir !Je m’appliquais, je le prenais doucement, je le sentais vibrer quand je resserrais mes lèvres, tenant ses bourses, il en soupirait de plaisir… Il grossissait encore, devenait plus dur, mes lèvres coulissaient, humides, en cadence… Je donnais tout, toute ma passion, mon savoir, mon désir brûlait mon intimité et lorsque je sentis le liquide jaillir, il était trop tard !… J’avais failli m’empaler sur lui, lui ouvrir mes cuisses, me prendre jusqu’à plus soif, jusqu’à un orgasme libérateur, tant j’étais excitée et heureuse…Il était sur ma langue, chaud, divin… Autant l’avaler pour lui dire combien je l’aimais aussi…Ce fut un merveilleux instant de sexe, il était aux anges… Libéré… Moi aussi, et malgré tout je planais, épuisée par l’effort…Je lui avais donné ma bouche au lieu de mon vagin, mais quel pied !… Je n’avais jamais connu de plaisir si intense dans cette caresse… Avec mes amants ? J’entends vos rires, vos reproches, vos insinuations, dans un petit village, entre amis d’enfance, entre cousins, entre voisins, en grandissant, par curiosité, en devenant femme, par jeu, par défi, pour rire, pour découvrir…J’en conviens… J’étais encore pucelle…Juste une fois… Une bribe d’adultère, une pipe dans les bois, après un déjeuner au bord de la rivière, il était trop beau pour la lui refuser. C’est à partir de là que j’avais pu avancer dans ma vie professionnelle et grimper les échelons, sans jamais coucher avec lui, il était mon patron et s’était marié le lendemain…Le lendemain, je prenais un prétexte pour le revoir… Mettre les choses au point !Il m’avait agressée, perturbée, presque violée…J’avais réfléchi toute la nuit… Comment lui faire payer son audace ?Je mis une jupe fendue, un body en dentelles, très moulant, caché par un pull en mohair vaporeux, de quoi l’émoustiller, sans faire la pute… Un juste milieu…Ses yeux parlèrent pour lui…Je voulais l’attirer à mon tour, il me plaisait, j’avais rêvé de son sexe, je l’avais fait plusieurs fois dans mon rêve, et j’en avais joui… J’étais à point !Lascive, je lui tendis la main sèchement, pour commencer…Puis je pris la parole et violemment, les yeux dans les yeux, le tançais pour son comportement qui n’était pas digne d’un neveu, même attiré par la beauté de sa tante plus âgée…En réponse, il me prit dans ses bras et m’embrassa sauvagement…J’avais gagné en sauvant les apparences, mes démons comprirent que je n’y étais pour rien, et s’envolèrent en criant que l’amour et surtout le sexe, n’ont pas de frontière, ni d’œillères…Je le désirais tant, que j’en bégayais… On se déshabilla et lorsque je fus complétement nue, écartelée devant lui, je m’offris sans réserve, le voulant en moi, tant pis pour les préliminaires, nous étions si excités, on y reviendrait après…J’explosais ma libido dans ses bras, comblée par son sexe, ivre de ses caresses, délirante, il me montrait le chemin, je suivais, appliquée, sans regret jusqu’aux portes du plaisir, aux orgasmes délirants, mon corps se libérait. Je déchirais mon contrat, le jetant aux orties, s’il ne voulait plus de moi, je plaisais à d’autres, j’étais une furie, commentant mon plaisir, et ce que je n’avais jamais osé, il m’apprit à le faire, et même au-delà… Au matin, après cette première nuit d’amour qui s’éternisait, je lui dis « je t’aime », après avoir joui une énième fois, alors que peu avant, j’avais tout refusé…Ces deux ans me pesèrent dans le sens où on se cachait. Sauf de temps à autres où on prenait le temps de s’aimer, anonymes dans des lieux inconnus, en toute quiétude, et je me libérais encore… Il m’apprit à aimer mon corps, à le montrer, en riant aux éclats devant leurs mines chafouines, en leur parlant anglais… Je devenais naturiste, libertine, il me prenait dans la nature, dans les parkings, debout, tremblante, bravant les caméras des cabines d’essayage. Il parlai d’échangisme, de clubs érotiques, je dis oui à tout, je voulais vivre ma vie, ma sexualité, et plus que tout, vers la deuxième année, je voulais un enfant de lui…Je vivais à fond ma passion pour Phil… C’était fusionnel, un feu d’artifice. Phil était devenu ma joie de vivre, autant bursa escort bayan que ma fille, je ne pensais qu’à lui, le jour et surtout la nuit… Il m’offrit un canard, je m’en servais souvent, j’étais Philippisée… Puis un matin, au bureau, la nouvelle… Et dans le grand bureau de M. le PDG…Mme G., Mumu pour tous ici, voilà… Je vais être direct…Notre partenaire en Nouvelle Calédonie cherche à augmenter ses parts de marché vers la zone asiatique. La Nouvelle Zélande est à côté, et l’Asie en prolongement…Nous vous connaissons depuis longtemps, vous connaissez la qualité de nos produits, la rigueur de notre maison, nous savons votre honnêteté, votre dévouement depuis ces années et avons apprécié toutes vos qualités professionnelles. Nous avons pensé à vous, avec nos partenaires, nos associés, pour nous représenter.Vous serez notre Directrice Export, salaire en rapport, voiture, villa, etc… Cadre supérieur, et retour 2 fois par an… En avion 1ère classe…Le but est d’exporter vers les pays émergents, tout ce continent asiatique, de prendre des contacts, le marché est colossal, le poste va demander un déploiement de forces, des responsabilités… Nous serons là, à vos côtés.Je tombais des nues… Etait-ce le bonus pour avoir divorcé, j’avais reçu l’acte officiel quelques semaines auparavant… Ma fille cherchait un débouché pour ses études, une opportunité… 17 ans bientôt…Le moins, c’était Phil… Notre amour allait mourir…Je pleurais en rentrant chez moi, je n’osais l’appeler. La chance de ma vie, cette rencontre, je lui dois tout, de ma sexualité régénérée, cet amour infini, la confiance en moi retrouvée… Patatrac…Partir ! Oublier ! Tirer un trait d’un coup sur deux années de rêve, un partenaire idéal, un amant merveilleux, je pensais faire un enfant avec lui, c’était la limite, je devrais oublier mes rêves et en forger d’autres…J’écrivis une lettre pour cadrer ma pensée, peser le pour, le contre, trouver les mots appropriés, voir des solutions… S’il venait avec moi, quittait tout, son travail, son confort, son SUV, sa famille, qu’il ne verrait qu’aux vacances et encore…J’attendis une semaine. Mais ma décision était prise, finies les fins de mois difficiles, finies les crises, j’allais rentrer dans un autre monde, celui des affaires à l’international, j’en avais la capacité, la formation, il manquait l’expérience… J’avais d’autres atouts, le courage, la volonté, ayant depuis 15 ans j’avais prouvé mes capacités à mon patron… Il me renvoyait l’ascenseur, et en aparté m’avoua qu’il aurait bien aimé m’accompagner…Je ne pouvais pas cliquer sur « Supprimer », il fallait que je sois forte. Ce soir j’avais rendez-vous avec lui…Il comprit dès qu’il vit mon visage, mes yeux rouges, quelque chose arrivait… J’allais droit au but…Pas de cris, ni de pleurs, la vie avançait. Il savait que notre histoire devait finir un jour…Il allait lui aussi accepter sans réserve une mutation, chef de Région, à 200 kilomètres de là… Son mariage était peut-être en jeu, tant pis… Et s’il venait avec moi ? Essayons de voir notre vie là-bas…Il n’est pas anglophone comme moi. Son métier ? Une spécificité, un produit national… Les règles sont différentes dans les territoires…Diplômé depuis 20 ans ? Il ne compte plus, il est dépassé par les jeunes.Ses acquis ? Commercial de premier rang, psychologue, formateur, technicien… Pourquoi pas trouver dans la vente ou créer une boutique, un truc français… Ils ne nous aiment pas trop, les insulaires… Comme en Guadeloupe ou en Martinique, nous, les zoreilles…On réfléchit, on se regarde…Mais moi, j’avais dit oui tout de suite. Je signais le lundi suivant, départ en fin de semaine… Sa mère, ma sœur, garderait ma fille pour quelques mois, de quoi terminer son année, sans doute ses études aussi, je ne me faisais plus d’illusions, elle était amoureuse…Pour la seconde fois, je pleurais quand il me fit l’amour… La première c’était lors de notre seconde rencontre, chez moi, au lendemain matin, quand je lui ai dit « je t’aime ». Il m’avait faite femme toute la nuit, sans réserve aucune, j’avais tout accepté, tout appris… J’avais tant joui cette nuit-là… Je ne pus plus m’en passer pendant ces deux années…La voix de Phil résonna dans nos têtes :-Tata Mumu, c’est fini alors ?L’enquête par Marika-Bonjour, moi c’est Marika et j’ai mon mot à dire dans cette histoire…Phil vient de me narrer cette période de sa vie par messagerie. Nous avons fait connaissance, son récit m’a émue…Pourquoi cet amour inconditionnel, entre deux êtres qui se complètent, qui sont amoureux depuis tout ce temps ??? Pourquoi si peu d’entrain pour garder le contact, juste « Bonjour ça va, oui et toi ? » Puis un bipbip lancinant, puis plus rien, que des échos, des on-dit, entendus mal perçus… Tu m’en parles du fond de ta tristesse, avec des trémolos dans la voix. Pour toi, Phil, c’est fini, tu as refermé la porte de cet épisode marquant de ta vie, mais tu gardes encore sur toi les cadeaux qu’elle t’a faits…Alors je vais t’aider, en bonne écrivaine, et écrire une suite à cette histoire d’amour… Je vais faire mon enquête…Comme tu me l’as dit, elle a vécu sa vie, son installation passée, des changements radicaux, de langue, bien que ce soit officiellement le français, il existe pas mal de langues ethniques et l’anglais est souvent utilisé dans les relations externes. Règles et lois se sont adaptées… Il reste le comportement, et le relationnel, car si le territoire est français, les mœurs sont indigènes, mixité, culture, tourisme, un brassage infini et mouvant avec des racines millénaires…Libre, sans rien à justifier, se fondre dans la communauté, apprendre les usages, la mentalité… Faire son trou professionnel, lancer la machine, puis vivre enfin, vivre sa vie de femme… Penser à son avenir sentimental et éviter les erreurs…Mon enquête me mène à Nouméa, la capitale…La société est basée dans la périphérie, en bord de mer, très belle côte, petit paradis…Je découvre sa villa, 2 route de l’océan, piscine commune avec 3 villas du lotissement. Les locataires sont français, venus pour quelques mois ou quelques années. Les maris souvent ingénieurs ou techniciens, leurs femmes s’ennuient entre enfants et farniente et pour beaucoup, revient la nostalgie, le rêve se transforme, on retrouve ses démons, ou bien d’autres arrivent… En discutant, elle découvre ceux de ses nouvelles amies, fait connaissance de ses voisines, et ses voisins, ils font des barbecues, des apéros, et discutent des tensions ethniques qui éclatent çà et là dans l’île. Mais il y a aussi de bons moments, une vie moins stressante, un environnement agréable, l’océan…Elle se met au boulot, d’arrache-pied et cela porte ses fruits dès la rentrée des classes… Mais sa fille est tombée amoureuse, ne veut plus venir dans ce pas trop lointain, elle a peur, elle préfère repousser d’un an, préparer son bac…Mumu est chamboulée, c’était son point de mire, sa joie de vivre, recevoir sa fille et vivre ses passions d’adolescente, partager ses craintes, ses angoisses, vivre…Une jeune femme, rencontrée dans un cocktail où elle noyait son chagrin, la console… Elle l’invite chez elle. Elles font connaissance. Elle est belle, seule, un peu célèbre…Mumu craque, elle se confie, se lâche, lui parle de Phil, se raconte, remonte dans sa vie, se libère…Le soir même, elles deviennent amantes…Elles sortent, font la fête, c’est l’été, la société marche bien, elle obtient des contrats, son réseau s’étend, on lui fait confiance, les patrons français sont ravis, ils font des conférences sur Internet… Elle a deux personnes au bureau.Pour la première fois de sa vie, elle vient de coucher avec une femme et en est tombée amoureuse…Elle pense à Phil à tout ce qu’il lui a donné, appris, il a reboosté sa libido, appris à aimer son corps. Terminés les sarcasmes, elle s’est prise en main, elle se fait une raison, et se partage entre sa nouvelle amie et son travail…Coralie est très belle, travaille dans le monde artistique, culture et informations, ce n’est pas rare qu’elle passe à la télé…Elles voyagent dès qu’elles en ont le temps.Mumu découvre peu à peu ce territoire français, cette île sauvage, magnifique, très différente de son village français… Les mœurs sont plus libertines, leur relation passe inaperçue.Un soir, elle fait la connaissance d’une danseuse, une amie de Coralie. Elles discutent toutes les trois, l’alcool les emportent, Mumu surprend les deux jeunes femmes qui s’embrassent. Elles l’entraînent dans un tourbillon des sens, une nouveauté, bien agréable…Dès lors, Mumu est grisée par sa découverte. Elle se sent libre, fait l’amour avec ses deux amies, participe à des soirées libertines où elle y découvre des hommes riches, importants, un en particulier qui deviendra son premier amant sur l’île…Sa vie devient dissolue, entre hommes et femmes, des milieux mouvants, instables, avec toujours ce mélange des races qui parfois lui fait peur, elle a du mal à cerner certaines subtilités ou animosités… Pour fêter sa première année et son succès, elle a désormais 6 collaborateurs, elle donne une fête, chez elle. Elle y convie la plupart de ses contacts professionnels, quelques couples de voisins, et ses amies, une cinquantaine de personnes en tout… Au matin, du dimanche, après 24 heures de fête, elle se réveille, inconsciente, un inconnu dans son lit, des bouteilles, des traces d’une orgie chez elle, un week-end entier…Elle a été volée de quelques bricoles, le quartier résidentiel et sa position sociale attirent les convoitises.Le plus dur, elle a eu des rapports sexuels non consentis, et confirmés par un gynécologue. GHB ou alcool, elle ne se souvient que du début, la fête a duré toute la nuit et selon ses collègues du bureau, et elle a disparu le matin, ce dimanche, car personne ne l’a revue, selon une voisine qui pensait l’avoir aperçue dans sa chambre…Elle ne porte pas plainte, elle vire tout le monde, ses deux amies aussi, coupe les ponts et se fait petite, évitant de faire des vagues… Elle se remet en question, se fait une raison pour sa fille, repense à cette heureuse période, à Phil…Sa nouvelle voisine l’aide beaucoup, calme ses angoisses, la rassure sur l’avenir, comme si elle savait son destin… Mumu, épuisée, se confie librement, elle se souvient de son intervention décisive, après le cambriolage, lorsqu’elle a appris son viol, ce dimanche épouvantable, et ses anciennes amies sorties d’on ne sait où, trop belles pour être honnêtes… Elles en ont convenu, elle l’avait veillée en cette nuit douloureuse, calmée, dorlotée, jusqu’au matin du lundi, ses angoisses disparues, ses résolutions prises, elle lui avait donné la clé à ses problèmes, puis était rentrée chez elle sans contrepartie, comme un ange gardien…Mumu a eu de tes nouvelles, sa mère a appelé, tu es monté en grade, tu roules en Mercedes, tu es toujours avec ta femme. Sa sœur ne l’appelle pas souvent, elle s’intègre, quelques fréquentations, mais son travail prime et elle obtient des résultats probants.Puis, au hasard de ses démarches, elle rencontre un homme politique local. Elle lui parle affaires, sujet pour lequel elle voulait le connaître. Il occupe une situation stratégique dans le commerce vers les pays qui l’intéressent, et pas mal de monde, dans toutes les sphères, il a même appris sa mésaventure, ce fameux week-end, mais est resté très discret, ne voulant pas lui porter tort. Elle est surprise, le remercie pour sa discrétion, puis lui fait confiance. Il se prénomme Gérard.Ils se revoient souvent au hasard de réceptions, puis pour affaires, puis en dehors. Elle l’aime bien, et, un soir, après avoir eu un gros contrat, elle l’invite chez elle pour la première fois… Elle se retrouve sur la terrasse, dans ses bras, contemplant ensemble le coucher de soleil, il l’enlace tendrement, et s’apprête à l’embrasser… Elle a besoin d’amour, elle va se donner à lui, ce soir…Elle lui ouvre ses lèvres, le baiser est merveilleux, son ventre réagit, elle va accepter ses caresses, s’allonger sur le grand sofa ou l’emmener dans sa chambre… Mais le visage de Phil revient la hanter… Elle le voit, elle l’entend, il est là…Elle ne peut rien faire, comme bloquée. Elle s’excuse, prétextant un léger malaise, sans rapport avec leur baiser… Le corps de la femme et ses secrets… Il sourit…Il la rappelle le lendemain pour avoir de ses nouvelles. Tout va bien, son mal au ventre est passé dans la nuit…Il lui donne rendez-vous vendredi soir à l’aéroport, pour une surprise de 48 heures, en la remerciant pour ce délicieux baiser… Il est craquant…Elle revoit Phil, son amour de neveu, leur dernière nuit… Elle pense à lui, se demande ce qu’il devient, s’il est heureux. Elle l’a oublié volontairement, rejeté avec force de ses pensées. Mais il a toujours ressurgi aux moments importants, moments de dépit, avec des regrets sans aucun doute…Elle tente d’avoir son neveu au téléphone, en vain. Elle essaiera toute la semaine, 0 fois par jour… Elle appelle sa sœur, qui croit à un accident, qui appelle sa fille, mais qui ne sait rien… Non, Phil est injoignable, parti on ne sait où, sans doute en amoureux. Sa fille est restée seule, enfin presque, son nouvel ami est avec elle…Son rendez-vous approche, ce petit voyage, elle sait bien pourquoi, elle ne pourra pas reculer…Elle essaie de nouveau, laisse des messages, envoie un mail, un SMS… un SOS ! Elle pleure, toute cette nuit du jeudi, cette dernière nuit… Au matin, fatiguée, elle baisse les bras et se résout. Elle refait le numéro, machinalement, la messagerie est pleine…Elle appelle Gérard, lui confirme son arrivée pour 18 heures, görükle escort sa valise est prête, oui, elle est ravie, oui, elle l’embrasse…Le soir même, dans cet hôtel de rêve, après un court vol, puis un trajet en hors-bord, sur un îlot du pacifique oublié par certaines cartes marines, elle devient sa maîtresse…Voici ce que je sais maintenant, obtenu de source sûre, en enquêtrice futée, comme si j’y étais…Chapitre II – Une suite inattendueConclusions de l’enquêtePhil est ivre de joie lorsque je lui parle de Mumu, heureuse, dans sa nouvelle vie et de nouvelles perspectives professionnelles, mais ce n’est que le début…Sans entrer dans les détails, je lui dépeins la situation, après son installation et quelques déboires, j’ajoute quelques anecdotes, ses essais pour le joindre avant de s’engager dans une relation de premier plan, avec un élu local…Tu es triste, pensif, tu as raté quelque chose sans doute, elle s’expliquera peut-être, un jour…Je t’ai donné espoir, espoir de la revoir, de recréer le temps d’un séjour, un souvenir impérissable, le dupliquer comme un copier-coller…Oui, je l’ai vue, Phil ! Oui, j’ai parlé avec elle, de la pluie et du beau temps, et d’un temps révolu qu’elle se souvient avoir enterré, avec un amour impossible…Oui, elle s’est confiée à moi, je suis devenue sa voisine, et petit à petit, sa confidente… Plus encore, son ange-gardien, elle ne s’en doute pas, ni que je viens de si loin.Après sa mésaventure, je m’installais en voisine, avec vue sur sa villa, et ce dimanche maudit, elle m’appela, comme une bouée. Elle était défaite, éplorée, vidée et essayait de recoller les morceaux dans sa mémoire…Je l’aidais, d’autant plus que je me sentais fautive…Le but était au départ de faire le vide autour d’elle, tuer les nuisibles, pour repartir à 0…Je ne pouvais apparaître, je venais d’arriver, mais déjà, je savais qu’elle avait mis un pied où il ne fallait pas… Sa Coralie, cette amante passion était impliquée, ainsi que la copine danseuse. Elles agissaient pour le compte d’un mafieux. Mumu montait trop vite dans la société et risquait de gêner ses intérêts à terme. Il montait des dossiers brûlants sur toutes les personnes dangereuses et avait une mainmise sur tous les trafics et autres activités illégales…Le chantage était son outil. Les filles avaient pris des photos compromettantes, partout où Mumu était allée.Etendue, nue, entre les deux femmes, en train de faire une fellation à un homme dans un club réputé, un autre cliché, enlacée avec un sportif en vogue, dans des positions scabreuses, des lieux glauques, et maintenant, avec un adolescent dans ses bras, dans son propre lit… On distinguait la photo au mur, ce nu artistique, créé et offert par Coralie et son amie.Je compris que je ne pourrais lutter et alla chercher du renfort…Ce fut facile ensuite, j’étais là chaque fois et la surveillais… Je veillais sur son bonheur, sans intervenir, je n’avais pas le droit de me découvrir c’était la règle du jeu… Je voulais la préserver jusqu’au bout…Puis ce fameux soir, après maintes aventures sentimentales en tous sens, ce bel homme, bien connu qui entre chez elle, qui lui sourit… Je ressens un attrait, je la vois détendue, belle, souriante… Elle est amoureuse ! Pas maintenant ! Il me faut agir !Je lui envoie des signaux, je fais en sorte de communiquer avec son esprit, j’observe, elle est sur sa terrasse, elle vient de l’embrasser, elle va le faire…Elle réagit, ça marche… Ouf…Il repart, la queue entre les jambes, je suis fière de moi ! Fière de mes pouvoirs de femme et de la technologie…J’apprends qu’elle cherche à te joindre par tous les moyens, elle t’aime encore, c’est certain. Elle était sur le point de se donner à cet homme, mais avant, elle voulait t’entendre, savoir pour retarder, réfléchir…Mais non, impossible, tu ne réponds pas…Ce vendredi maudit, je la vois sortir de chez elle, une petite valise à la main et s’engouffrer dans un taxi…Ce week-end je la perds, on la perd, tu la perds… C’est certain, elle va le retrouver !Où étais-tu ?Que faisais-tu ? Toute une semaine…Cette attente fut le pire moment de ma veille…Lundi soir, elle rentre, seule… Je sors ma poubelle, il est un peu tard…Elle m’appelle de sa terrasse… Elle m’invite à boire un verre… Elle est rayonnante !Elle vient de vivre un rêve, comme on en voit dans les romans d’amour…Dans un hôtel de rêve, perdu dans le pacifique, elle a rencontré l’amour de sa vie, le second du moins, le premier ne comptant pas…Elle s’est donnée à lui sans retenue, et pendant 2 jours elle a fait l’amour, dans toutes les positions, dans tout l’établissement, dans l’océan, dans la piscine, il est merveilleux et elle lui donnera un enfant dans 9 mois…Merde !Je retourne chez moi, il commence à pleuvoir, le vent est tourbillonant…Phil ?Tu ne réponds pas ? Phil ?La communication a été coupée… Mon écran s’est éteint… Panne d’électricité…La tempête arrive, puissante, dévastatrice, je reste calfeutrée…Au matin, personne, toujours pas d’électricité, je me mets à pleurer, tout ça pour rien !3 mois de veille, de voyages, de recherches, même Romain a participé, j’ai fait appel à toutes mes relations pour toi, Phil, pour Mumu…J’ai même retrouvé Philippe, ancien mari de ma compagne, père de mon fils reparti dans les îles, relation compliquée, mais ce n’est pas l’objet. Il m’a trouvé des appuis, la villa, la technologie, a bousculé pas mal de monde pour que j’arrive à me faire souris auprès d’elle… Et qu’on me fiche la paix, et aussi à Mumu…Il m’a appelé un jour, me disant, tu peux y aller, la voie est libre, ils resteront sages, oubliez ces deux semaines, Coralie et sa clique… Tu peux la rassurer, sans entrer dans les détails. Pour ta gouverne, Gérard est intervenu si discrètement et efficacement, que l’autre Capo, a eu peur…Tu me devras un service…Je revivais….Retour vers le futur-Phil ?Ah, tu es là…Peux-tu prendre deux semaines de congés ?Je viens de t’envoyer les détails, ton employeur est d’accord, tu auras un compte-rendu de visite à lui faire. Tu es payé, mais tu viens seul. Fais avaler la couleuvre à ta femme, c’est tout !-Mais pourquoi ?-Tu vas à Nouméa, départ samedi, retour dimanche soir en 15…-Mais…-Chut, j’ai tout prévu, organisé, retenu, programmé… Mumu va retrouver un de ses amis, un couple, toi et moi…Elle ne vit pas encore avec Gérard, ils ont eu pas mal d’ennuis, l’un et l’autre avec la tempête, Gérard a dû revenir sur le continent, il y est actuellement pour deux mois environ, alors viens !-Mais comment je te rencontre, on ne se connaît que par messagerie sur ce site de rencontres…-Je suis à Nouméa depuis 3 mois et la surveille…-Mon dieu, je deviens fou…Mumu entre chez moi, un magnifique bouquet à la main, du champagne de l’autre…-Bonjour douce voisine, alors où est ce jeune couple qui veut me revoir ?-Tu peux venir chéri ? Voici mon compagnon Mumu…Tu entres, elle te reconnaît, elle s’effondre, évanouie…Dix minutes plus tard, dans sa chambre où Phil l’a transportée, je lui explique tout, sans rien omettre…Elle pleure… Des larmes de joie, de rire… Elle veut savoir, comprendre, qui je suis où je vis…Elle marche de long en large, boit du café, puis se calme… Elle veut le voir, lui parler…Je vais chercher Phil, ils tombent dans les bras l’un de l’autre…Ils me dévisagent, je disais à Mumu que Phil ne sait rien des détails, juste ce voyage que j’ai organisé dans les moindres détails et qui se terminera dans 15 jours… Il a l’appris avant-hier, et aussi que tu n’étais pas au courant de qui j’allais être la femme…Rassure-toi, nous n’avons pas encore consommé, je te laisse la primeur de mon faux époux…-Tu es divine, une fée… J’ai plein de questions pour toi Marika… Et toi Phil, me veux-tu encore pour amante, pour quinze jours ? Moi oui, je te veux !…-Moi aussi, je n’ai pas fait tout ça pour que tu me refasses le coup de la première fois…Rires…-Les enfants, je ne suis qu’une femme, une fée peut-être, mais une femme. J’ai écouté vos récits, écouté vos délires, je vous ai imaginés jouir, faire l’amour… Alors ce soir, je veux être spectatrice de vos ébats…-Avec plaisir ma chère, je te kiffais en tant que voisine, alors comme fée…-Sans problème, au contraire, j’ai bandé pour toi dès ton premier message…On ne se refait pas et dans la tiédeur de la nuit, chez moi, le couple héro de cette histoire magique se livre à un ébat torride sous mes yeux complaisants. Mumu et ses commentaires, ses soupirs dans la nuit, puis ses râles, ses orgasmes incessants, ils m’invitent avec eux, en petite souris, témoin de leur amour si lourd à porter, qu’il vaut mieux être trois…Et leurs soucis s’envolent et pendant des nuits et des jours entiers, nous refaisons le monde, des enfants par centaines, nous vivons sans sortir en réels amoureux, moi, de lui, elle aussi, et moi d’elle que j’ai appris à découvrir, à chérir et protéger, partageant ses secrets les plus intimes, vivant à ses côtés sans pouvoir la toucher…Phil, je te le concède, j’aime ta maîtresse, j’aime son odeur, ses seins que tu adores, son ventre et son pubis, femme jusqu’au bout des ongles, manucurée, parfaite, désirable à souhait.J’aime te voir la prendre, la porter à l’orgasme, puis la sodomiser, en faire ta soumise, investir son corps, elle aime se laisser faire, elle adore être possédée, crier sous tes coups de reins… Elle aimerait plus encore, mais on a le temps…La quinzaine s’écoule, nous sortons prendre l’air, nous cachons nos pulsions, j’aime quand tu me cherches et qu’avec son accord tu me prends à mon tour, et qu’elle vient t’aider à posséder mon corps et me faire jouir, puis délirer… Partout dans la nature, dans les parcs, le jardin, la nuit dans la piscine, dans les vagues, dans son lit, sur la terrasse…Tu dupliques tes caresses, on devient tes amantes, deux femmes à tes pieds, tu es le roi du monde…Quelles vacances, quel pied ! Mais il est temps de revenir sur terre… Gérard va revenir, Mumu va lui redire je t’aime, elle va le choisir pour maître, amant, et futur mari et géniteur de son prochain enfant…Que dis-tu Phil ? Tu pleures ?Alors dis-le lui, dis à Mumu que tu l’aimes à en crever, que tu la veux pour l’éternité, que tu feras tout pour elle, comme je l’ai fait ces 3 mois… Elle ne pourra refuser cette fois…Mais avant, réponds à sa question, que faisais-tu cette fameuse semaine, où tu es resté muet ?Reconnais que tu l’as, sans le savoir, contrainte à se jeter dans les bras de Gérard…Un week-end de folie, une explosion des sens, comme nous maintenant… Mais c’est par désespoir qu’elle l’a fait, il méritait le meilleur, c’est un homme exemplaire, qui sera bon époux…- Je… Enfin… – Non, c’est moi qui vais répondre Phil, oui je t’aime, oui, j’ai refusé, oui, je t’aime toujours, oui, je veux être ta femme, ici nous ne sommes rien, ni neveu, ni tata, nous sommes deux amants, je veux être ta femme nouvelle-calédonienne, et je veux Marika comme témoin…-Heu… Attendez les amis, je n’ai pas fini… je vous ai dit que j’étais une fée…-Et alors (en chœur !)-Ici, ou plutôt là-bas, en France, j’ai trouvé un nouvel amant, pour ici, jusqu’à ce que m’en retourne, la date n’est pas déterminée… Je vous le présente, mais…Chéri, tu peux venir ?Ils tombent tous les deux, dans les bras l’un de l’autre, Gérard est fou de joie, de les voir enlacés, ébahis, sans parole, tétanisés par son apparition… Et oui, Gérard est mon complice… Il était venu en France pour régler pas mal d’affaires dans les ministères et cela prend du temps…Lorsque j’ai appris son voyage, j’ai conçu cette histoire, car je savais par avance comment elle allait finir. Je suis repartie quelques jours en France, et je lui ai tout expliqué…Il était émerveillé par ce que j’avais fait pour elle, pour toi aussi Phil… Sauver cet amour infini, cette histoire, ce rêve, brisé pour des raisons que la passion ignore.J’expliquais et il me parla… Veuf depuis 5 ans, il avait aimé sa femme comme un fou… Accident… Elle est partie le laissant malheureux comme les pierres. Il s’acharna dans son travail et devint un édile, à un poste important, mais pleurait chaque soir cet amour avorté… Ce n’est pas juste de perdre un amour si pur…Il aperçut Mumu dans un cocktail, elle attira son regard, désirait lui parler. Elle avait besoin de conseils, il les lui apporta dans la semaine d’après, sa fraîcheur, son sourire lui rappelaient sa femme, il était séduit, mais perplexe… Il la revit souvent, en tomba amoureux ostensiblement, d’un amour différent, une envie de la protéger, il avait appris ses malheurs… Il la séduisit, ils s’embrassèrent sur sa terrasse au coucher du soleil…Elle eut comme un flash, il ressentit le même, mais ne s’en émut pas.Le week-end suivant, elle devint sa maîtresse, dans cet îlot magique. Il ne reconnut pas l’abandon d’une amante… Pour sa part sa femme revenait hanter ses nuits.Certes Mumu aimait le sexe, et lui était en manque, mais un ingrédient essentiel manquait à leurs ébats… La passion…Ce que je lui appris confirma sa logique, elle était amoureuse, mais pas de lui…On tenta alors de cerner Mumu, et pour sauver tout ça, je donnais de ma personne, cet homme était merveilleux, j’en tombais amoureuse au second regard et couchais le soir même, avec lui…Les deux jours suivants, il ne revit pas ses fantômes… Je n’étais que de passage, mais j’étais devenue son amie, plus que son amante et cela ne le gênais pas de me prendre à Romain pour quelques semaines, voire plus si affinité, car mon cœur est libre et le restera tout le temps… Enfin…Il ne manquait plus qu’à raccrocher les wagons, les vôtres et le tour était joué…Voilà, allez en paix mes chéris, je vais passer pas mal de temps dans ce beau pays, sans quitter xHamster et tous mes amis… Nous allons nous revoir, sceller notre amitié, et on ne sait jamais, sans doute nous remarier…FINMarika842010 – Septembre 2018

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mon beau-père

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mon beau-pèreJe m’appelle Banette, j’ai dix-huit ans, je suis depuis peu étudiante en économie. Je vis actuellement avec ma mère et Driss, son compagnon de 32 ans, ce qui lui fait 8 ans de moins que ma mère.Driss est un bel homme d’origine ivoirienne. Il conserve un très beau corps grâce à une pratique sportive régulière. Il est très grand puisqu’il mesure plus 1.90M, Contrairement à moi qui fais à peine 1.60M. Je suis donc d’apparence menue. Je dois ma longue chevelure brune et ma peau très claire aux origines russes de mon père que je vois très peu, le dernier étant trop occupé par le bon fonctionnement de son entreprise.Driss, est un homme qui a réussi, puisque à tout juste 32 an, il est déjà à la tête d’une entreprise fructueuse, ce qui fait de lui un homme très sûr de lui à l’opposé de ma timidité, bien que j’ai un peu changé cette dernière année.Ce soir, je sors assez tard de mon cours de macro économie qui fut long et fastidieux. Je suis donc heureuse en retrouvant Driss seul à la maison. Nous profitons alors d’un moment de détente privilégié devant une émission consacrée à notre écrivain favori, la littérature étant notre passion commune. On se taquine tout en accordant une importance particulière à l’émission. Alors que cette dernière touche à sa fin, Driss éteint la télé avant de s’adresser à moi : << Suce-moi, Princesse ! >>. Chose que je m’empresse bien sûr de faire.J’admets que c’est un peu déroutant de lire cela, de but en blanc, sans plus d’explications. Je vais alors revenir au début de cette relation un peu particulière. Cela a commencé il y a environ un an. C’était lors d’un week-end où ma mère ( Réjane )était partie pour le travail.J’étais alors une jeune fille dont l’expérience sexuelle était très limitée. En effet, j’avais perdu ma virginité encore un an auparavant dans les bras de mon petit ami de lycée. Bien que j’appréciais notre relation, elle ne fut jamais, sexuellement parlant, à la hauteur de mes espérances. Driss était arrivé de nos vies depuis déjà quelques mois, il m’avait tout de suite fait beaucoup d’effet. ataşehir escort Je fantasmais alors régulièrement sur lui, m’imaginant son corps et que les rumeurs sur les hommes noirs étaient fondées. Le premier soir de ce fameux week-end, en rentrant, je surpris Driss, sortant de la douche, complètement nu. J’en fus bouche bée, ce qui eu pour effet de faire sourire mon “beau-père”, surement conscient de l’effet que son corps pouvait avoir sur une femme.Une fois seule dans ma chambre, je me jetai dans mon lit pour m’adonner au plaisir solitaire similaire à celui que je m’offrais régulièrement en pensant à Driss, à la fois honteuse et excitée. Mais je fus vite interrompu. En effet, après quelques minutes, Driss pénétra dans ma chambre en disant : << Babette, le repas est... >>Il s’arrêta net, me voyant m’agiter sous ma couverture, gênée. Il se mit alors à sourire :<< - Je vois que mon corps ne t'a pas laissée indifférente !!!- Non non, ce n'est pas ça... pas du tout !- Ne me mens pas chérie, dit-il en caressant ma joue, j'ai bien vu comment tu me regardais. Mais je ne pensais pas que tu me désirais autant. Ne te dérange pas pour moi, tu peux continuer ! >>Je baisse alors les yeux, embarrassée au plus haut point. << Bon, je vois que ça te met mal à l'aise, alors suce-moi! >>Cet ordre me laisse sans voix, mais sans bien savoir pourquoi, j’obéis. Je m’avance au bord du lit, j’ouvre la braguette de son jean pour me saisir de son sexe. Je pose alors timidement ma bouche sur son sexe si imposant. Je lui offre une fellation délicate, comme je l’ai toujours fait. Il pose sa main sur ma joue qu’il commence à caresser.<< Tu es si différente de ta mère. Tellement docile ! J'adore ça ! Bon, rhabille-toi et retrouve-moi en bas; le repas va être froid. >>Il remonte alors son pantalon avant que j’ai eu le temps de finir la fellation. Je le rejoins moins de cinq minutes après, très gênée. Le repas se déroule calmement, je réponds à quelques questions qu’il me pose comme si de rien n’était. Une fois le repas terminé, il s’installe sur le canapé kartal escort et me prie de le rejoindre. Il me sourit et commence à caresser mes cuisses nues car je porte qu’un petit short.Il me dit alors qu’il me trouve belle. Sa main se fait de plus en plus imposante, elle s’approche dangereusement de mon sexe.<< - Babette, as-tu déjà fait l'amour? - Oui, bien sûr !- Et tu aimes ça ?- Plutôt, oui !- Depuis combien de temps fantasmes-tu sur moi? m’interroge-t-il alors que sa main est en contact avec mon sexe à travers mon short.- Depuis le début ! dis-je à voix basse- Pardon, je n'ai pas entendu. Peux-tu répéter plus fort? me demande-t-il en frottant ses doigts contre mon sexe. Il a très bien entendu, mais il aime jouer avec moi.- Depuis le début !! >>Il passe sa main sous mon short, désormais, il n’y a plus que le tissu de mon boxer qui sépare sa main de mon sexe : “C’est ça que tu veux, hein ? >> dit-il en me regardant droit dans les yeux. Timidement, je fais oui de la tête.<< - Alors déshabille-toi, s'il te plaît !- Entièrement? - Oui, ça va de soi ! >>Je me lève et commence à me déshabiller maladroitement, le regard de Driss posé sur moi. Une fois nue, j’attends sa réaction droite comme un “i” : << Très bien ! Déshabille-moi maintenant ! >>Obéissante, je me mets à genoux devant lui et ouvre son pantalon. Je fais descendre ce dernier le long de ses jambes avant de lui enlever entièrement. Ensuite, je me lève pour lui retirer son tee-shirt avant de m’asseoir à côté de lui. Sa main recommence l’exploration de mon corps, il commence par ma poitrine qu’il caresse en douceur avant de se consacrer à mes tétons déjà très durs. Il les pince, ce qui a pour effet de me faire gémir. Il adore ça. Sa main descend alors délicatement sur mon ventre, je frissonne comme jamais auparavant.Sa main ayant continué son ascension se retrouve sur mon sexe qu’elle a survolé du bout des doigts, avant de les plaquer contre mon clito. Ses doigts commencent à tourner délicatement, je gémis, mon corps de plus en plus excité par la caresse qu’il prodigue à mon kadıköy escort sexe déjà humide. Ses doigts deviennent plus rapides, au même titre que mon rythme cardiaque. Mon plaisir frôle alors son paroxysme. Il s’arrête, attend quelques secondes avant d’enfoncer un de ses doigts en moi. Je suis à la fois frustrée par cet orgasme refusé, mais satisfaite de le sentir me remplir. Je me remets à gémir, après quelques instants, il insère un nouveau doigt dans mon sexe étroit. Il est très agile et sait comment s’y prendre, mon sexe est trempé, il m’offre alors un troisième doigt. Mon sexe n’a jamais été autant ouvert et pourtant, j’adore ça. Mon bassin ondule comme si je n’avais jamais connu le plaisir auparavant. Prise d’excitation, je le supplie << Encore, encore ! >>. Ça le fait sourire, il va plus vite :<< - Tu aimes ça, hein? - Tellement ! Oui ! Oui !- Tu en veux plus !- Oui, s'il te plaît !- Je vais te prendre alors, mets-toi à quatre pattes ! >>J’obéis, excitée, mais craintive. Jamais je n’ai accueilli un tel engin en moi. Le canapé ne lui convenant pas, il me désigne la table basse du doigt. Je me sens à la fois offerte, mais terriblement excitée. Il se place derrière moi, pose le bout de son sexe contre l’entrée du mien et recommence à caresser mon clitoris. Il enfonce doucement son sexe, au fur et à mesure, jusqu’à la moitié. Il s’arrête alors, positionne ses mains sur mes hanches et enfonce l’autre moitié d’un coup sec, ce qui m’arrache un cri. Il commence alors les vas et viens, ses mains tenant fermement mes hanches. La sensation qu’il me procure est magie; il s’agit d’un subtil mélange entre une légère douleur et le plaisir à l’état pur.<< - Tu aimes, poupée? - Oui ! dis-je haletante- Ce n'est pas trop douloureux ? >>Je réponds avec un mouvement de bassin et par mes gémissements. Il tire alors mes cheveux pour me ramener vers lui. Il m’embrasse à pleine bouche.Puis il me plaque contre la table avant de se pencher pour embrasse mon dos de mes fesses à ma nuque. Il me chuchote à l’oreille : << - Je ne vais pas m'arrêter là !- Je vais m'occuper de tes fesses qui elles, apparemment, sont vierges.- Mais tu ne peux pas ! Je ne l'ai jamais fait et tu es bien trop gros !- Tu ne me fais pas confiance ? - Si, mais...- Alors tu vas te laisser faire ! >A suivre …..

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Nichts zu lachen

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Nichts zu lachenNichts zu lachen – Teil 1: Ich bin Ben, 39 Jahre alt, und wenn ich ficke, dann haben die Schlampen nichts zu lachen. Neulich war ich nach Urzeiten mal wieder im Fitnessstudio. Das Neue im Gewerbegebiet. Donnerstagabend, 21 Uhr, kaum was los. So’ne affektierte Fitness-Tussi mit Pferdeschwanz und Knackarsch in einem aufreizendem Fitness-Look (superenge Leggings und Träger-Top) hopste auf einem Stepper. Und hinter der Bar stand die einzige Mitarbeiterin des Ladens, vom Typ her eine unscheinbare, graue Maus.Als ich auf das einzig vorhandene Fitness-Fahrrad steigen wollte, kam die Pferdeschwanz-Tussi angezuckelt und meinte, dies sei jetzt aber “ihr” Gerät, dass sie als nächstes im “Cardio-Zirkel” besteigen müsste. “Na toll, Du arrogante Fotze”, dachte ich mir. “Wir werden noch sehen, wer hier wen besteigt.” Ich setzte mich erstmal an die Bar. “Wieso gibt’s hier nur einen Drahtesel?” wollte ich von der grauen Maus wissen. “Ähm, ja leider… gab’s da wohl Lieferschwierigkeiten oder so”, war die knappe Antwort. Ich bin dann aber später doch noch zu meinem Sport gekommen…”Betty, ich mach Schluss für heute”, gab nach zwanzig Minuten Gestrampel die mittlerweile reichlich verschwitzte Tussi der Maus an der Bar zu verstehen. “Alles klar, Annabell. Sieht so aus, als wenn ich heute mal pünktlich Feierabend machen kann.” “Haaaallooo, Ihr Nutten, ich bin auch noch da…”, dachte ich mir wieder. In mir wuchs die Lust, den Weibern zu zeigen, wen sie hier eigentlich ignorierten. Annabell verschwand in der Damenumkleide. Ich ging langsam auch in Richtung der Umkleideräume. Ich wartete kurz vor der Tür für “Ladies” und hoffte, dass Annabell sich bereits ihrer Sportklamotten entledigt hatte. Langsam öffnete ich die Tür und betrat den Raum. Annabell stand mit dem Rücken zu mir mitten im Raum und hatte mich offensichtlich nicht gehört.Ich weidete meine Augen an ihrem schlanken, durchtrainierten Körper. Sie hatte nur noch einen Tanga und einen Sport-BH an. Ich war jetzt schon strunzgeil und atmete dementsprechend schwer. Das nahm sie wohl wahr, denn sie drehte sich auf einmal um. Sie sah die Geilheit in meinem Augen. Sie blickte an mir herunter und bemerkte die deutliche Beule in meiner Shorts. “Nein, bitte…” flüsterte sie. “Zu spät, Du Schlampe!” herrschte ich sie an. Ich stürzte auf sie zu und packte ihren Pferdeschwanz. Ich riss ihre Haare brutal nach unten, so dass sie ihren Kopf unnatürlich nach hinten maltepe escort kippen musste. “Jetzt zeige ich Dir, wie man vorlauten Schlampen wie Dir Benehmen beibringt”.Leicht versetzt hinter Ihr stehend, ihre Haare mit der linken Hand fest im Griff, konnte ich mich mit der rechten Hand schön genüsslich an ihrem Körper bedienen. Zuerst drückte ich den BH ein Stück runter. Geile, pralle B-Cup-Titten kamen zum Vorschein. Ihre Nippel standen senkrecht von ihren festen Eutern ab. Gierig begrapschte ich ihre Brüste. Sie wagte es währenddessen nicht, etwas zu sagen. Sie blickte mich mit aufgerissenen Augen von der Seite an. Ihr Gesicht war schmerzverzerrt. Aber sie brachte keinen Laut heraus.Dann riss ich mit der freien Hand ihren nassen, verschwitzten Tanga herunter. So drängte ich sie in Richtung des Waschbeckens, dass dort in einer Ecke an der Wand befestigt war, und drückte mit Kraft ihren Oberkörper etwas runter. Ich drückte mich gegen ihr Gesäss und mein Schwanz konnte durch die Shorts spüren, wie fest Ihre Pobacken waren. Zum Walnüsse knacken. Ich klatschte mit der flachen Hand auf ihren Prachtarsch. Sie schloss die Augen. Langsam fuhr ich mit meinem Mittelfinger von hinten durch ihre Kimme. Sie war ganz glitschig vom Schweiss. Zeigefinger und Ringfinger halfen meinem Mittelfinger, sich den Weg zu ihrem Arschloch zu bahnen. Ich tastete ihre Rosette ab. Eine richtig geile, enge Arschfotze hatte die kleine Stute. Meine Finger suchten weiter den Weg zu ihrer Punze. Ganz glatt waren ihre rasierten Schamlippen. Pure Geilheit überkam mich. Ich stieß ihr die drei Finger mit einem Ruck hart in ihr enges Loch. “Aaahhhhrgh” stiess die Sau hervor. Ich drückte mit Kraft die drei Finger noch tiefer in ihre enge Vagina und drehte die Hand dabei leicht hin und her. Dann riss ich meine Hand wieder aus ihrer nuttigen Fotze heraus. Ich leckte meine Finger und roch ihren heiligen Saft. Der Duft war unbeschreiblich.Ich holte meinen hammerharten Prügel aus der Hose und setzte ihn an ihrer tropfnassen Fotze an. Ihr Widerstand war nun gänzlich gebrochen. In einer Art Duldungsstarre, wie es sie auch bei Schweinen gibt, liess sie es einfach mit sich machen. Ich zog meine Vorhaut zurück, und fuhr mit der Eichel über ihre glatten Schamlippen. Dieses geile Kribbeln an meiner Eichel vernebelte nun ein Gehirn. Ich packte mit beiden Händen ihre Hüfte und drang brutalhart in sie ein. “Ooorrrghh”, hört ich sie aufstöhnen. Ich stiess pendik escort hart und zog sie dabei mit den Händen an mich ran. So fickte ich das Luder von hinten im Stehen. Ich spürte, dass ich immer wieder ihrem Muttermund mit der Spitze meines Penisses traf. Es dauerte gar nicht lang, da durchzuckte sie ein heftiger Orgasmus. Sie sank zu Boden und krümmte sich an der gefliesten Wand unterhalb des Waschbeckens.”Bist Du bald fertig, Annabell?” hörte ich von draussen die Mitarbeiterin Betty rufen. Da sie keine Anwort bekam, öffnet sie die Tür und betrat die Umkleide. “Ja was…Oh Gott” stammelte sie. “Alles in Ordnung, Annabell…?”. Annabell lächelte nur müde aus ihrer Position am Boden. “Was hast Du gemacht?” wandte sie sich an mich. “Halt’s Maul, Schlampe!” brüllte ich sie an und packte sie am Nacken. “Mach Dein freches Mundwerk auf!” Ich drücke sie gewaltsam herunter auf die Knie und umfasste grob ihr Kinn. Tatsächlich gelang es mir, meinen harten Schwanz ihr tief ins Maul zu stopfen. Ich drückte ihren Kopf an mich ran, so dass sie zu würgen anfing. Ich fickte einige Male tief in ihre Maulfotze. “Na, schmeckst Du den Fotzensaft Deiner Freundin, Du geile Sau?”. Dann zog ich meinen Prügel wieder aus ihrem Mund. Sie japste nach Luft. Sie sah mich von unten mit grossen Augen an, in denen sich Wasser gesammelt hatte. Aber sie war einfach zu schüchtern, um sich mir zu widersetzen.”Na gut, Du Schlampe. Dann wollen wir mal sehen, wozu ich Dich noch so benutzen kann”, sagte ich zu ihr. Ich griff ihr unter die Arme und stemmte sie hoch. Ihre Stretchhose liess sich leicht über ihre Pobacken streifen. Ihr Slip wurde dabei gleich mit heruntergezogen. Ich befühlte ihre Pussy. Auch diese schüchterne, zurückhaltene Maus war unten rum komplett blank. “Sind eben doch alles naturgeile Fotzen”, sagte ich mir. Zwei Finger rutschten gleich in Ihre Möse, mit dem Daumen massierte ich ihren Kitzler. Sie keuchte, drückte sich weg und wandt sich herum. Aber mit meinem linken Arm hatte ich sie fest im Griff. Sie hatte wahrscheinlich schon länger keinen Stecher mehr gehabt. Denn schon bald liessen ihre Befreiungsversuche nach. Nun keuchte und stöhnte sie. Bald darauf kam sie heftig und wurde dabei erst recht klitschnass.Nun wollte ich auch endlich kommen. Also beugte ich sie ebenfalls über das Waschbecken, unter dem immer noch Annabell kauerte. Ich feuchtete ihr Arschloch etwas mit meiner Spucke an. “Du wirst jetzt anal entjungfert.” kurtköy escort liess ich sie wissen. “Oh Gott” war ihre dahin gehauchte Antwort. Mein bestes Stück war benetzt mit einer Mischung aus Annabell’s Mösensaft und Betty’s Speichel. Ich setzte den Prügel an ihrer Rosette an. Mit einem Ruck drang ich in ihren Anus ein. Das devote Luder jammerte nur leise. Bis zum Anschlag hämmert ich meinen Schaft in ihr Hintertürchen. Ich weiss nicht mehr, wie lange und wie oft ich so gestossen habe. Letztlich entlud sich aber eine Unmenge Sperma in ihr Hinterteil. Als ich mein Glied wieder herauszog, tropfte eine Menge Ficksahne heraus und lief an ihrem schlanken Bein herunter. “BRAVO” hörte ich hinter mir eine tiefe Männerstimme. “So fickt man solche Bräute ab.” Ich drehte mich um und sah einem älteren, leicht untersetzten Mann. Offenes Hemd, Goldkettchen und ein fettes Grinsen auf dem Gesicht. “Ich hab alles über den Monitor verfolgt.” sagte er und deutete auf die kleine, unscheinbare, silberne Halbkugel an der Decke, in deren Innerem sich anscheinend also eine Kamera befand. “Ich muss doch kontrollieren und wissen, was in MEINEM Fitnessstudio so ab geht”, lachte er.Vor Angst und Erschecken hatte sich Betty unter das Waschbecken zu Annabell verkrochen. “Geben wir den Piss-Nutten nun den Rest.” Er zog seinen fetten Schwanz raus und stellte sich pinkelbreit über die beiden Frauen, die mir vor allem mental völlig erschöpft schienen. “Yeah!” stimmte ich zu und stellte mich neben ihn. Dann pissten wir beide ordentlich ab. Es ist ein geiles Gefühl, wenn der goldene Saft durch den noch geschwollenen Penis stiesst. Noch geiler war anzusehen, wie unser Urin auf die durchgefickten Schlampen prasselte. Ich glaube, sie haben das warme Natursekt-Bad genossen. Zumindest gab es nun keine Fluchtversuche. Sie sassen in der Raumecke unter dem Waschbecken und schmiegten sich aneinander. Geil wie die Pisse an ihnen herunterlief und ihre halb ausgezogene Kleidung tränkte. Annabell’s Titten glänzten dabei herrlich. Auch bei Betty zeichnete sich ein wohlgeformter Körper unter der nassen Kleidung ab.Als unsere Blasen entleert waren, zwinkerte mir der Senior zu: “Komm, wir trinken ein Bier an der Bar. Wir haben etwas Geschäftliches zu besprechen.” Dann beugte er sich zu den beiden pissnassen Stuten herunter. “Und ihr beiden Fotzen macht hier alles schön sauber. Das mir morgen keine Klagen von den Kunden kommen. Ihr könnt stolz sein, dass mein neuer Kompagnon Euch diese Ehre erwiesen hat.” Beide nickten stumm und senkten ihre Blicke. Offensichtlich begriffen sie die Lage schneller als ich… (Geschichte kann bei Gefallen fortgesetzt werden…)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mes aventures 1 Jooging

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mes aventures 1 JoogingJ’étais mariée depuis quelques mois. J’avais 18 ans, 1,69 mètre, sportive, avec une superbe poitrine (95 E) qui attirait les regards des mecs.J’avais pris l’habitude d’aller faire mon footing le midi autour un d’étang. Un jour, lors de mon footing, un garçon se joignit à moi. J’aimais être seule pour me vider la tête et cette compagnie m’agaçait. Il commençât la conversation qui tournât rapidement à une lourde drague. Je ne répondais pas et accélérais la cadence pour essayer de le semer. Mais il courait bien aussi et tout à coup, il me poussât dans un bosquet. Je commençais à crier :« Lâchez-moi ! Salop ! »Je me débatais mais il était bien trop vigoureux pour moi.« Tu t’prends pour qui salope ! Tu cours à moitié à poil avec tes gros nibard et tu joue effarouchée putain ! »Tout en me débattant et en criant je le supplias de me laisser partir. Mais il s’en foutait et le coin était désert. Il m’arrachât mon soutif de ankara escort sport et s’en servit pour m’attacher les main à un tronc d’arbre. Je me retrouvais les seins à l’air, attachée sans défense devant cet inconnu. Il se mît à me malaxer les seins durement.Puis il se reculât pour mieux m’observer. La peur et ma honte grandit quand je vis le mec me prendre en photo. Il descendit ensuite mon short et pris en gros plan ma petite minette. Il ouvrit ma chatte avec ses doigt pour dégager mon clito et mon vagin. Je n’opposais plus de résistance. Puis, en sortant sa queue dur comme du bois, il m’ordonnât :« Taille moi une pipe salope! T’as une gueule à avaler d’la queue ! »Sa vulgarité m’électrisa et il engouffrât totalement sa bite jusqu’à ma glotte. Il me tirât la tête en arrière en me prenant par les cheveux et me retournât. Je savais à ce moment là qu’il allait me baiser. Tout en me défonçant la chatte sans ménagement, il m’insultait :’j’vais escort ankara t’remplir putain ! J’vais te défoncer tes trous de vide couilles ! »A grands coups de boutoirs, il me défonçais comme un malade.Soudain, il se retirât pour remplacer sa queue par sa main qui se mît à me fouiller la chatte. Avec ma mouille, il m’enduit l’anus et se mît à me baiser le cul avec ses doigts.Je lui hurlais :« Non pas ça… Pas çaaaaa !!! »Bien sûr c’était peine perdu et je sentis son gland se poser sur ma rosette. D’une poussée, il s’engouffrât dans mon étroit conduit. Je voulait hurler mais aucun son de sortait de ma gorge. Il me tenait par les hanches et, progressait inexorablement dans mon jeune derrière. J’avais l’impression que mon trou allait éclater. Une fois au fond, il resta un instant sans bouger, certainement pour apprécier cet instant. C’était ma seconde sodomie. La première ne m’avait pas laissé un très mauvais souvenir. Cette ankara escort bayan deuxième allait être bien pire vu la taille et la dureté de son engin.Il commençât de profonds va et vient, variant la cadence. Parfois il se retirait mais s’était pour aussitôt me pénétrer plus violemment. Il m’arrachait des cris de douleur et lui me disait :« T’aimes ça hein ma salope ! Dis le qu’t’aimes te faire troncher l’cul putain ! »Son langage ordurier provoquait curieusement en moi un effet que je n’attendais pas. Ma chatte se mettait à couler et la douleur, l’humiliation semblait se transformer en un plaisir que je ne connaissais pas. J’entendis bientôt dans mon dos des sons rauques, presque bestiaux, sortir de sa gorge. Il éjaculât dans mon cul et je me mordis les lèvres pour qu’il n’entende pas l’orgasme que je venais d’avoir sous sa contrainte.Je sentis un malaise m’envahir et j’étais au bord de l’évanouissement. Quand je repris mes esprits, mon agresseur était parti. Je réussis à me détacher avec les dents tout en me rhabillant je courais à ma voiture pour rentrer chez moi et prendrendre une douche salvatrice.Je tentais d’oubler ça et décidais de pas en parler à mon mari.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Glory Hole getestet

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Glory Hole getestetSamstag Abend, alleine auf dem Sofa, niemand im Chat für einen geilen Austausch zu finden, sitze ich da und schaue mir die neusten Amateur Pornos an. Die Fickereien auf dem Bildschirm törnen mich mehr und mehr an, aber was tun, wenn kein Mann im Haus ist. Die Internetsuche nach einem Ficktreff bleibt ebenso erfolglos. Ich beschliesse, mich einfach mal sexy anzuziehen und auszugehen. Es kann in einer Grossstadt ja nicht allzu schwer sein, jemand ansprechendes zu finden. In meinem Kleiderschrank finde ich einen schönen, schwarzen Ouvert, halterlose Netzstrümpfe, einen elastischen, knielangen Rock und meine Stiefel. Obenrum entscheide ich mich für einen Hebe-BH unter einer tief ausgeschnittenen roten Bluse. Wenn ich mich vorm Spiegel so nach vorne beuge, erhascht man einen schönen Einblick auf meine bursa escort festen Brüste, die durch den Hebe-BH nach oben gepusht werden. Zufrieden ziehe ich eine lockere Jacke drüber und schlendere durch die Strassen. Kneipen, Jugend-Clubs und Restaurants reihen sich aneinander. Alles nicht das Richtige für eine geile Bekanntschaft, wenn man nicht einen ganzen Abend zunächst mit Reden und Flirten verbringen will. Ein kühler Lufthauch streicht unter meinen Rock. Ich will doch einfach nur ficken, denke ich vor mich hin. Am Ende der Strasse befindet sich das Pornokino. Alleine hinein gehen? Ich bin unsicher, viele Männer respektieren nur schwer ein Nein einer Frau, die alleine dort ist. Die Ticketverkäuferin sieht meine Unentschlossenheit “Hey, Sie. Vielleicht haben wir das Richtige für sie.” Neugierig gehe görükle escort ich zu ihr. “Naja, alleine mag ich eigentlich nicht ins Kino gehen.” “Müssen Sie auch nicht. Wir haben einen Glory Hole Raum. Dort läuft auch ein ganz ansprechender Film und sie können entscheiden, ob sie sich einem Mann bzw. Seinem Schwanz widmen wollen oder nicht!” Ich muss kurz überlegen, aber nehme das Angebot sehr gerne an. Passieren kann mir immerhin nichts. Ich trete in den Raum, ein Ledersessel steht dem Bildschirm gegenüber. Hänge meine Jacke darauf. Der Porno ist sehr ansprechend und ich beginne, mich etwas zu streicheln. Die Löcher sind aber alle noch leer. Auch nach 15 Minuten und immer besseren Szenen ist noch kein Schwanz in Sicht. Ich ziehe meinen Rock aus und auch die Bluse. Vielleicht muss ich sie erst mal anlocken? bursa escort bayan Ich stelle mich an eine Wand, die zwei Löcher in Brusthöhe und eines in Höhe meiner Muschi hat, schiebe meine Brüste durch. Alleine dieses da stehen, für jeden der vorbei kommt, erregt mich. Es kribbelt zwischen meinen Schenkeln vor Nervosität. Und schon spüre ich eine sanfte Berührung an meinen Brüsten. Jemand knetet meine Brustwarzen. Die Spannung, nicht zu wissen, wer dort steht, erregt mich. Plötzlich spüre ich einen Finger zwischen meinen Beinen. Ich spreize sie ein wenig. Oh ja, denke ich, fühl genau, was du hier hast. Der Finger streicht über meinen Kitzler, während die andere Hand meine Brust fest packt. Zwischen meinen Beinen spüre ich nun keinen Finger mehr, sondern ein etwas erregter Schwanz schiebt sich dazwischen und beginnt sich, zwischen meinen schamlippen zu reiben. Beide Hände Packen wieder meine Brüste, die Stösse zwischen meinen Beinen werden härter und der Schwanz beginnt mehr und mehr anzuschwellen. Wenn es euch gefällt, schreibe ich gerne weiter.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

aç dul

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

MERHABA BEN ERDEM İZMİRDE YAŞIYORUM BU YAZDIĞIM İTİRAF TAMAMEN YAŞANMIŞ VE GERCEK BİR OLAYDIR.GECTİĞİMİZ AYLARDA NET ÜZERİNDEN BİR BAYANLA TANIŞTIM ADINI VERMEK İSTEMİYORUM ÇÜNKÜ YAŞANLAR GİZLİ KALMALI VE HERKEZE SAYGI GÖSTERİLMELİ BU KONUDA.BİRKAÇ KEZ NET ÜZERİNDEN YAZIŞTIKTAN BİRBİRİMİZİ TANIDIKTAN SONRA YÜZ YÜZE GÖRÜŞEMEYE KARAR VERMİŞTİK.İZMİR KARŞI YAKADA GÜZEL ŞİRİN BİR MÜSTAKİL EVDE BULUŞTUK.BİRAZ MUHABBET BİR KAÇ KADEH KIRMIZI ŞARAPTAN SONRA HEYCANIMIZ ARTMIŞ VE İLK HAREKETİ KİMİN YAPACAĞI BEKLENİYORDU BENDEN 18 YAŞ BÜYÜK BİR BAYANDI KENDİ BEN 26 YAŞINDAYIM AMA OLDUKÇA BAKIMLI VE ALIMLI DOLGUN KALÇALI AYVA GÖBEKLİ HİÇ ÇOCUĞU OLMAMIŞ BİRİYDİ.NEYSE SANIRIM DAHA TECRÜBELİ VE YAŞININ VERMİŞ OLDUĞU OLGUNLUKTAN DOLAYI İLK HAMLE ONDNA GELDİ BENİ KENDİNE ÇEKİP DUDAKLARIMA YAPIŞTI VE BİRBİRİMİZİ OKŞAMAYA ÖPÜŞMEYE BAŞLDIK 5 DK SONRA HER escort bayan İKİMİZDE ÇIRIL ÇIPLAK KALMIŞ VE GEREKİNCE ATAŞLENMİTİK.BENİM ERKEKLİĞİMİ AĞZINA ALIP EMMEYE BAŞLADI BENDE BİR YANDAN ONU İZLİYOR BİR YANDAN BAŞINI DAHADA BASTIRIP ALA BİLİDĞİ KADARINI GIRTLAĞINA KADAR YOLLUYORDUM HARİKA BİR ŞEYDİ BU OKADAR PROF CE YAPIYORDU Kİ BENİ DELİRTMİŞTİ BENİMKİ İYİÇE SERTLEŞMİŞ DAMARLARI BELİRMİŞTİ VE İŞTE BU TAM İSTEİDĞİM GİBİ SERT VE BÜYÜK DEMİŞTİ BOYUTUNU SÖYLEMİCEM ÇÜNKÜ YAZSAM NE OLACAK Kİ AMA GERCEKTEN HATRI SAYILIR VE İŞLEVİ İYİDİR.DAHA SONRA 69 YAPMAYA BAŞLADIK İŞİ BİLEN BİR ÇİFT İÇİN GERCEKTEN ÇOK HOŞ BİR POSİZYONDUR AĞZININ TANIDINI BİLENLER BİLİR.BİR MÜDDET SONRA ARTIK İÇİMDE HİSSETMEK İSTİYRUM DEMİŞTİÖNÜMDE KÖPEK POSİZYONU ALDI BEND YEİRMİ ALIP BİRAZ FIRÇALDIKTAN SONRA BİR İKİ YÜKLENME HAF,F YOKLAMADNA SONRA İÇİNE İLERLEMEYE küçükyalı escort BAŞLADIM AHHH EVET DEYİP KENDİNİ BANA DIĞRU İKTİRİYORDU CM CMTİM İÇİNE GİRERKEN ZEVK İKİ KATINA ÇIKMIŞTI ARTIK TEK VİCUT OLMUŞ TEMPOLU BİR ŞEKİLDE GİT GELLER YAPIYORDUK YAKLAŞIK 15 DK SONRA TÜM MENİLERİMİ İÇİNE FIŞKITMAYA BAŞLAMIŞTIM HARİKA BİR ŞEYDİ İKİMİZDE YANI ANDA BOŞALMIŞ ZEVKTEN ÖLMÜŞTÜK.BİRAZ DİNLENDİKTEN SONRABEN O TEMİZ SICAK VE DARACIK BAL KUTUSUNU YALAMAYA BAŞLADIM DİL DARBELEİRİM ONU TAHRİK ETMEYE BAŞLAMIŞTI DİLİMİ SOKA BİLDİĞİM KADAR İÇERİ SOKUYOR BİR YANDAN DA GÖT DELİĞİNİ PARMAKLIYORUM TIRNAKLARI SIRTIMDA HİSSEDE BİLİYORDUM HAFİF BİR ACI DUYUYORDIM AMA HARİKA BİR HAZDI O AN DİLİMLE YALARKEN BİRDEN KISILMAYAVE EVET EVET DEYİP AĞZIMA BOŞALMAYA BAŞLADI KADINLĞINDNA AKAN TÜM SUYU BİR GÜZEL YALAYIP YUTTUM HARİKA BİRŞEYDİ.DAHA kurtköy escort SONRA BENİ AYA KALDIRIM ÖNÜMDE DİZ ÇÖKTÜ VE BENİKİNİ TEKRAR SERTLEŞTİRDİ VE ON MUHTEŞEM YARAĞINI GÖTÜMDE HİSSETMEK İSTİYOURM DEDİ BENİMKİNİ KREMLEDİM BİRAZD AGÖT DELİĞİNE SÜRDÜM YAVAŞ YAVAŞ BAŞINI İÇİNE DOĞRU YERLEŞTİRDİM BEN YAVAŞ DAVRANIRKEN İÇİNE GİRMEK İÇİN BİR AND ATÜM GÜCÜYLE KENDİNİ BANA İTTİ VE GÖTÜNÜN İÇNE GİRMİŞTİM TAMAMEN BENİM 20 LİK PENİS ZORLANMASINA RAĞMEN İÇİNDEYDİ KALÇALARINI TOKATLIYOR GÖGÜSLERİNİ SIKIYOR BİR EKLİMLEDE SACLARINI CEKİYORDUM DELİ GİBİ SERT BİR ŞEKİLDE ŞEVİYORDUK 25 DK SONRA HER NEKADAR İSTEMESEMDE ARTIK DAYANMAZ HALE GELMİŞTİM BOŞALACAĞIMI SÖYLEDİM VE ÖNÜME GELEREK BENİMKİNİ AĞZINA LADI BİR YANDAN EMİYOR SAXSO CEKİR BİR YANDAN DA 31 ÇEKTİRİYORDU BANA KALÇALAIRMI SIKA BİLDİĞİ KADAR SIKIYOPR TIRNAKLAIRNI GECİRİYORDU VE TÜM GÜCÜMLE YÜZENE BOŞALDIM HER DAMLASINI YALADI YUTTU O GÜN SEVİŞE BİLDİĞİMİZ KADAR ERTESİ GÜNE KADAR DEFALARCA SEVİŞTİK HARİJKA BİR TECRÜBEYDİ.erdemozberatli hotmail com dileğen tüm bayanlar ve çiftler ekleye bilir unutmayın izmird eyaıyorum ama ulaşım sorun değil

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

aç dul

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

MERHABA BEN ERDEM İZMİRDE YAŞIYORUM BU YAZDIĞIM İTİRAF TAMAMEN YAŞANMIŞ VE GERCEK BİR OLAYDIR.GECTİĞİMİZ AYLARDA NET ÜZERİNDEN BİR BAYANLA TANIŞTIM ADINI VERMEK İSTEMİYORUM ÇÜNKÜ YAŞANLAR GİZLİ KALMALI VE HERKEZE SAYGI GÖSTERİLMELİ BU KONUDA.BİRKAÇ KEZ NET ÜZERİNDEN YAZIŞTIKTAN BİRBİRİMİZİ TANIDIKTAN SONRA YÜZ YÜZE GÖRÜŞEMEYE KARAR VERMİŞTİK.İZMİR KARŞI YAKADA GÜZEL ŞİRİN BİR MÜSTAKİL EVDE BULUŞTUK.BİRAZ MUHABBET BİR KAÇ KADEH KIRMIZI ŞARAPTAN SONRA HEYCANIMIZ ARTMIŞ VE İLK HAREKETİ KİMİN YAPACAĞI BEKLENİYORDU BENDEN 18 YAŞ BÜYÜK BİR BAYANDI KENDİ BEN 26 YAŞINDAYIM AMA OLDUKÇA BAKIMLI VE ALIMLI DOLGUN KALÇALI AYVA GÖBEKLİ HİÇ ÇOCUĞU OLMAMIŞ BİRİYDİ.NEYSE SANIRIM DAHA TECRÜBELİ VE YAŞININ VERMİŞ OLDUĞU OLGUNLUKTAN DOLAYI İLK HAMLE ONDNA GELDİ BENİ KENDİNE ÇEKİP DUDAKLARIMA YAPIŞTI VE BİRBİRİMİZİ OKŞAMAYA ÖPÜŞMEYE BAŞLDIK 5 DK SONRA HER escort bayan İKİMİZDE ÇIRIL ÇIPLAK KALMIŞ VE GEREKİNCE ATAŞLENMİTİK.BENİM ERKEKLİĞİMİ AĞZINA ALIP EMMEYE BAŞLADI BENDE BİR YANDAN ONU İZLİYOR BİR YANDAN BAŞINI DAHADA BASTIRIP ALA BİLİDĞİ KADARINI GIRTLAĞINA KADAR YOLLUYORDUM HARİKA BİR ŞEYDİ BU OKADAR PROF CE YAPIYORDU Kİ BENİ DELİRTMİŞTİ BENİMKİ İYİÇE SERTLEŞMİŞ DAMARLARI BELİRMİŞTİ VE İŞTE BU TAM İSTEİDĞİM GİBİ SERT VE BÜYÜK DEMİŞTİ BOYUTUNU SÖYLEMİCEM ÇÜNKÜ YAZSAM NE OLACAK Kİ AMA GERCEKTEN HATRI SAYILIR VE İŞLEVİ İYİDİR.DAHA SONRA 69 YAPMAYA BAŞLADIK İŞİ BİLEN BİR ÇİFT İÇİN GERCEKTEN ÇOK HOŞ BİR POSİZYONDUR AĞZININ TANIDINI BİLENLER BİLİR.BİR MÜDDET SONRA ARTIK İÇİMDE HİSSETMEK İSTİYRUM DEMİŞTİÖNÜMDE KÖPEK POSİZYONU ALDI BEND YEİRMİ ALIP BİRAZ FIRÇALDIKTAN SONRA BİR İKİ YÜKLENME HAF,F YOKLAMADNA SONRA İÇİNE İLERLEMEYE küçükyalı escort BAŞLADIM AHHH EVET DEYİP KENDİNİ BANA DIĞRU İKTİRİYORDU CM CMTİM İÇİNE GİRERKEN ZEVK İKİ KATINA ÇIKMIŞTI ARTIK TEK VİCUT OLMUŞ TEMPOLU BİR ŞEKİLDE GİT GELLER YAPIYORDUK YAKLAŞIK 15 DK SONRA TÜM MENİLERİMİ İÇİNE FIŞKITMAYA BAŞLAMIŞTIM HARİKA BİR ŞEYDİ İKİMİZDE YANI ANDA BOŞALMIŞ ZEVKTEN ÖLMÜŞTÜK.BİRAZ DİNLENDİKTEN SONRABEN O TEMİZ SICAK VE DARACIK BAL KUTUSUNU YALAMAYA BAŞLADIM DİL DARBELEİRİM ONU TAHRİK ETMEYE BAŞLAMIŞTI DİLİMİ SOKA BİLDİĞİM KADAR İÇERİ SOKUYOR BİR YANDAN DA GÖT DELİĞİNİ PARMAKLIYORUM TIRNAKLARI SIRTIMDA HİSSEDE BİLİYORDUM HAFİF BİR ACI DUYUYORDIM AMA HARİKA BİR HAZDI O AN DİLİMLE YALARKEN BİRDEN KISILMAYAVE EVET EVET DEYİP AĞZIMA BOŞALMAYA BAŞLADI KADINLĞINDNA AKAN TÜM SUYU BİR GÜZEL YALAYIP YUTTUM HARİKA BİRŞEYDİ.DAHA kurtköy escort SONRA BENİ AYA KALDIRIM ÖNÜMDE DİZ ÇÖKTÜ VE BENİKİNİ TEKRAR SERTLEŞTİRDİ VE ON MUHTEŞEM YARAĞINI GÖTÜMDE HİSSETMEK İSTİYOURM DEDİ BENİMKİNİ KREMLEDİM BİRAZD AGÖT DELİĞİNE SÜRDÜM YAVAŞ YAVAŞ BAŞINI İÇİNE DOĞRU YERLEŞTİRDİM BEN YAVAŞ DAVRANIRKEN İÇİNE GİRMEK İÇİN BİR AND ATÜM GÜCÜYLE KENDİNİ BANA İTTİ VE GÖTÜNÜN İÇNE GİRMİŞTİM TAMAMEN BENİM 20 LİK PENİS ZORLANMASINA RAĞMEN İÇİNDEYDİ KALÇALARINI TOKATLIYOR GÖGÜSLERİNİ SIKIYOR BİR EKLİMLEDE SACLARINI CEKİYORDUM DELİ GİBİ SERT BİR ŞEKİLDE ŞEVİYORDUK 25 DK SONRA HER NEKADAR İSTEMESEMDE ARTIK DAYANMAZ HALE GELMİŞTİM BOŞALACAĞIMI SÖYLEDİM VE ÖNÜME GELEREK BENİMKİNİ AĞZINA LADI BİR YANDAN EMİYOR SAXSO CEKİR BİR YANDAN DA 31 ÇEKTİRİYORDU BANA KALÇALAIRMI SIKA BİLDİĞİ KADAR SIKIYOPR TIRNAKLAIRNI GECİRİYORDU VE TÜM GÜCÜMLE YÜZENE BOŞALDIM HER DAMLASINI YALADI YUTTU O GÜN SEVİŞE BİLDİĞİMİZ KADAR ERTESİ GÜNE KADAR DEFALARCA SEVİŞTİK HARİJKA BİR TECRÜBEYDİ.erdemozberatli hotmail com dileğen tüm bayanlar ve çiftler ekleye bilir unutmayın izmird eyaıyorum ama ulaşım sorun değil

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

kurtköy escort ısparta escort trabzon escort ardahan escort balıkesir escort kayseri escort edirne escort çorlu escort kastamonu escort ığdır escort konya escort sports betting mobil bahis bahis siteleri kaçak bahis güvenilir bahis canlı bahis canlı bahis izmir escort bayan eryaman escort hd porno sakarya escort sakarya escort webmaster forum serdivan travesti bolu escort